Archive

Posts Tagged ‘voyages’

S’acheter du crédit

octobre 7th, 2010 Soeur économe 4 comments
1572056367_c68cd368b6_z

Un aller-retour Québec-Paris pour deux personnes générerait presque autant de gaz à effet de serre que l’utilisation d’une petite voiture durant un an. Plus de trois tonnes d’équivalent CO2. Certaines compagnies aériennes, dont Air France, Air Canada et plusieurs autres, proposent à leurs passagers d’acheter des crédits permettant de «compenser» les gaz à effet de serre générés par leur voyage. Une bonne idée ou encore du greenwashing ?

À l’échelle mondiale, les vols d’avion représenteraient entre 4 et 10% de la contribution humaine à l’augmentation des gaz à effet de serre. Et les distances totales parcourues sont en augmentation. De surcroît, comme les émissions de gaz provenant des avions se produisent dans la haute atmosphère et non au niveau du sol, leur impact est plus important que le nombre de tonnes qui en résulte pourrait l’indiquer. Pour peu qu’une personne réalise quelques voyages en avion, ceux-ci représentent probablement une part majeure de son empreinte carbone individuelle.

Comment les crédits fonctionnent-ils ? Qu’on achète ces crédits directement à l’achat d’un billet d’avion ou par la suite auprès d’une entreprise spécialisée dans le domaine, le montant payé sert à financer des projets permettant de soulager l’atmosphère d’une quantité équivalente de gaz à effet de serre dans un autre lieu. Il faut se défaire de l’idée que ça revient nécessairement à «planter des arbres». En fait, la plantation d’arbres est, par beaucoup, vue comme un moyen relativement peu efficace de compenser les émissions, pour plusieurs raisons. Ainsi, la totalité de la quantité produite n’est alors compensée qu’après de nombreuses années de croissance d’un arbre et non à court terme; le réservoir de carbone constitué par l’arbre est anéanti si un incendie ravage la plantation ou si l’arbre est éventuellement utilisé pour des produits non durables. Les projets de réduction d’émissions à valoriser seraient plutôt de ceux qui viseraient une transition vers des énergies renouvelables ou l’amélioration du rendement énergétique, notamment.

Mesure valable ou pas ? Certains organismes environnementaux dont la Fondation David Suzuki présentent la compensation des gaz à effet de serre comme une alternative valable pour la portion de notre production qu’on ne peut raisonnablement réduire en changeant nos habitudes de vie. D’autres organismes dénoncent justement l’effet déculpabilisant et l’illusion de cette dépense somme toute faible qui nous justifierait de ne rien changer à notre mode de vie à production élevée de CO2. L’absence de norme universelle garantissant la valeur des crédits vendus est un autre argument des détracteurs, encore que plusieurs normes reconnues se sont développées dans le domaine dont Gold Standard.

Selon les fournisseurs, la compensation d’un aller-retour Québec-Paris pour deux personnes peut coûter de 40 à 120$. Deux fois plus environ si on veut tenir compte de l’impact accru des émissions en haute atmosphère. Si le concept vous intéresse, la Fondation David Suzuki et l’Institut Pembina ont réalisé une évaluation de différents fournisseurs de crédits de carbone que vous pouvez consulter afin de choisir un fournisseur… crédible.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr peasap

Le truc de la limite de crédit illimitée

avril 23rd, 2010 Ebenezer 4 comments
avion

Récemment, je discutais avec quelqu’un qui prévoit réaliser un voyage en Europe dans les prochaines semaines (si le volcan islandais veut bien coopérer). Elle me disait qu’elle devait téléphoner à sa banque et espérer qu’ils acceptent d’augmenter sa limite de crédit, qui était bien peu adaptée à un voyage de ce type.

Augmenter sa limite de crédit sans téléphoner

Peu de gens réalisent qu’il est très simple d’augmenter soi-même sa limite de crédit sans devoir demander la permission à personne. À tout le moins pour des besoins ponctuels de ce type, il s’agit tout simplement d’effectuer un paiement sur votre carte de crédit du montant que vous souhaitez pouvoir dépenser. En gros, vous payez d’avance votre compte.

Naturellement, vous devez avoir l’argent dans votre compte à l’avance! Mais si vous disposez d’une limite de crédit limitée sur votre carte (par choix ou parce que vous n’avez pas de revenus réguliers suffisants pour la justifier), ça peut s’avérer très pratique.

Éviter les intérêts sur les avances de fonds

L’autre utilité de ce truc, c’est d’éviter les frais d’intérêts sur les avances de fonds. Encore une fois, si vous allez en voyage à l’étranger, il est parfois plus simple de retirer de l’argent dans un guichet à l’aide d’une carte de crédit. En temps normal, cette façon de procéder vous oblige à payer des frais d’intérêts dès le moment du retrait, et ce, jusqu’au paiement complet. Si, au moment du retrait, c’est la compagnie de carte de crédit qui vous doit de l’argent et non l’inverse, vous ne serez pas sujet à des intérêts.

Naturellement, si vous prévoyez retirer 500$ en argent comptant, il ne faut pas oublier que les dépenses standard (hôtel, restaurants, etc.) viendront consommer l’argent que vous avez déposé d’avance. N’est-ce pas, cher collègue de travail?

Categories: Épargne Tags: ,
-->