Archive

Posts Tagged ‘Truc’

Économiser sur le dos de ses enfants

septembre 21st, 2009 Soeur économe 3 comments

Parmi les dépenses associées à un enfant, le linge est une catégorie non négligeable. Après quelques semaines parfois, ou une saison au plus, il faut remplacer par plus grand. Et le prix en magasin du linge pour enfant n’est généralement pas proportionnel à la quantité de tissu requise pour le produire. Bref, c’est plutôt cher. Voici donc quelques possibilités pour réduire quelque peu ces coûts. Si vous êtes dans la situation de disposer de montagnes de linge devenu trop petit, cela peut aussi vous être utile pour savoir comment en faire bénéficier d’autres.

  • Don ou prêt de boîtes de linge: vous connaissez quelqu’un qui a un enfant un peu plus vieux que le vôtre et qui vous donne ou prête son linge devenu trop petit. Pour le rapport qualité-prix, c’est difficile à battre. Et même si tout ne correspond pas parfaitement à vos goûts, ça ne vaut pas la peine de s’en passer. Par contre, si du linge de garçon peut être utilisable pour une petite fille, on peut penser que dans la situation inverse le contenu de la boîte risque d’être peu utilisé.
  • Friperies: on peut différencier plusieurs types de ces commerces de vêtements usagés. Il y a les petites boutiques qui, souvent, ne vendent que du linge de bonne qualité en excellent état, à des prix beaucoup plus raisonnables que du neuf. Évidemment, chaque pièce n’est généralement disponible que dans une seule grandeur — à moins de tomber sur des lors d’articles neufs invendus par exemple. On ne s’y rend donc généralement pas avec une idée préconçue d’un morceau en particulier. Autres types de friperies: les «grandes surfaces» et les comptoirs vestimentaires. Dans les deux cas, la qualité est très variable (le tri semblant moins serré) et il faut être prêt à fouiller pour trouver. Quant aux prix, ceux des grandes surfaces peuvent être étonnament élevés (pour de l’usagé) tandis que ceux des comptoirs, organismes à but non lucratif, sont généralement très bas.
  • Les sites de petites annonces sur Internet: pour se procurer un «lot» de linge (correspondant souvent à tout ce qui a été porté durant une saison ou un an par l’enfant du vendeur), les petites annonces peuvent être un bon filon. Pour maximiser l’usage, s’assurer que les vêtements courts et longs correspondront aux saisons où votre enfant aura à les porter. Bien sûr, il y a de tous les genres, mais en surveillant durant quelque temps, on peut trouver de bonnes affaires.
  • Ebay: on retrouve une quantité phénoménale de linge neuf et usagé à vendre sur ebay. L’avantage d’y acheter du linge pour enfant par rapport au linge pour adulte, c’est que même si les grandeurs effectives d’un «12 mois» ou d’un «3X» varient selon les marques, les chances sont fortes pour que cela fasse tout de même dans un futur plus ou moins rapproché. Il faut toutefois porter attention aux frais de poste des articles et, pour éviter qu’ils ne vous coûtent plus que le prix de l’article lui-même, mieux vaut viser des lots de plusieurs articles à la fois. Pour des lots de certaines marques prisées, les enchères peuvent monter de façon surprenante. Enfin, comme les vendeurs tiennent généralement beaucoup à leur réputation, les descriptions sont très précises et justes.
  • Picasa, photobucket et probablement d’autres: beaucoup utilisent ces outils pour publier des photos de morceaux de linge pour enfant et se constituer ainsi de petites friperies virtuelles, comprenant souvent uniquement le linge trop petit de leurs propres enfants. On peut soit débuter en visitant les sites de personnes qu’on connaît ou qui s’affichent dans les petites annonces, visiter ensuite au hasard ceux de leurs contacts et cheminer ainsi ou, pour Picasa du moins, faire sur l’ensemble du site des recherches avec des mots-clés, par exemple «neige 24 mois».

Tout ce qui précède visait principalement le linge usagé. Je ne vois guère de raison, pour les bébés et les jeunes enfants, de vouloir se procurer à tout prix du neuf, pas plus au niveau financier qu’environnemental. De toute façon, on en reçoit déjà une bonne quantité en cadeau. À titre de complément, pour se procurer des articles moins disponibles dans l’usagé, on peut viser les ventes dans les magasins une fois les articles rendus hors-saison. Évidemment, ça revient à magasiner pour l’année suivante, ce qui nécessite d’avoir une bonne idée des grandeurs qui seront susceptibles de convenir à ce moment, un exercice qui peut sembler périlleux lorsqu’on débute dans le domaine.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Micah Sittig

Categories: Analyse Tags: , , ,

Des outils pour moins gaspiller

juillet 10th, 2009 Ebenezer 2 comments
125383170_e45681a0e1_m

Il m’arrive régulièrement d’avoir certains ingrédients dans le frigo, d’être convaincu qu’il y a quelque chose de bon à faire avec ça, mais de ne pas avoir l’inspiration nécessaire pour me lancer ni la patience pour feuilleter des livres de recettes. J’ai découvert, grâce à un article de Dana Oshiro sur ReadWriteWeb, trois sites qui permettent de résoudre le problème avec élégance et simplicité. Malheureusement, ils sont en anglais. Mise à jour: ma mère me signale que j’ai mal fait mon travail de recherche et que le site de Ricardo offre également ce genre de services. Je l’inclus donc ci-bas!

Dites-moi ce que vous avez, je vous dirai ce que vous pouvez manger

C’est la prémisse de base de RecipePuppy et RecipeMatcher: vous leur donnez une liste d’ingrédients, et le résultat est une liste de recettes que vous pouvez concocter avec ces ingrédients. Là où ça peut permettre d’économiser, c’est quand vous avez peur de perdre certains aliments et que vous cherchez comment les apprêter pour les manger plutôt que d’avoir à les jeter.

RecipeMatcher est intéressant, parce qu’il suggère le nom complet des ingrédients au fur et à mesure qu’on les tape… ce qui peut être très utile lorsqu’on n’est pas un anglophone. De plus, contrairement à RecipePuppy qui utilise des recettes d’un peu partout sur le Web, RecipeMatcher possède sa propre base de données de recettes, ce qui est plus agréable côté navigation. Par contre, RecipePuppy permet d’indiquer que vous n’avez pas certains ingrédients, afin de retourner des recettes le plus appropriées possible.

Mise à jour: Le site de Ricardo quant à lui offre la possibilité de faire des recherches avec les ingrédients dont vous disposez (ou pas, comme RecipePuppy), mais cette fonction est cachée dans la recherche avancée, qui est un bouton gris pâle facile à ignorer! Naturellement, le site et les recettes sont en français, ce qui est très pratique.

Éviter le resto

Dans la catégorie mention honorable pour économiser de l’argent, le site TopSecretRecipes vous donne la recette secrète du restaurant, ce qui vous permet de préparer le mets en question à la maison plutôt que de payer le gros prix pour aller le manger au restaurant.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Stewart (non, je n’ai pas régulièrement des cailles dans mon frigo…)
Categories: Références Tags: , ,

Visite de Rénoclimat: beaucoup de lecture

mai 15th, 2009 Ebenezer Comments off
2388647782_c21d59c40d_m

Dans mon dernier article, je vous parlais de la visite de l’inspecteur Rénoclimat et j’indiquais que celui-ci nous avait laissé une pochette pleine de documents sur l’amélioration de l’efficacité de notre maison. Comme la plupart sont disponibles sur Internet, je vous énumère ici ceux qui me semblent les plus intéressants (non, je n’ai pas encore tout lu).

Les documents pour améliorer l’efficacité énergétique de votre maison

  • La réduction des fuites d’air: Le document vous présente les effets néfastes des fuites d’air et, surtout, il indique comment les trouver et les éliminer.
  • Amélioration du rendement énergétique des fenêtres: même concept que précédemment: pourquoi et ensuite comment le faire (souvent, on peut le faire nous-mêmes).
  • Tableau des subventions écoÉNERGIE Rénovation – Maisons: Un guide essentiel si vous planifiez d’effectuer des rénovations qui visent l’économie d’énergie. On y présente tous les montants disponibles pour chacune des améliorations qui se qualifient pour une subvention. Il est important de noter que cette subvention s’additionne aux crédits d’impôt récemment annoncés.
  • Emprisonnons la chaleur: Ce document est de loin le plus volumineux (il fait 136 pages). On y explique en détails et avec des dessins l’ensemble des rénovations et réparations possibles pour réduire les pertes de chaleur. Malheureusement, le pdf ne semble pas disponible sur le site Web… on peut peut-être le commander via ce lien (c’est le document M144-41/2007F)

Bricoleurs, à vos marteaux! Vous pouvez économiser beaucoup en chauffage et en confort avec un quelques efforts.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr MNgilen

Categories: Analyse Tags: ,

Comment bien utiliser ING

mai 1st, 2009 Roger Tremblay Comments off
2660575811_f6782df7be_m

Nous vous avons déjà vanté les avantages des comptes à intérêts élevés comme celui d’ING. Mais la flexibilité de votre compte ING vous permet aussi de mettre en œuvre une façon différente d’épargner pour vos projets que nous appellerons, pour les besoins de la cause, l’épargne ciblée.

Une fois que votre compte principal est créé, vous pouvez ajouter de nouveaux comptes à votre guise. Par exemple, en plus de mon compte initial, j’ai un compte appelé Bébé 1 et un autre appelé Bébé 2 dans lesquels je transfère les cadeaux reçus par mes filles. Quand elles auront l’âge de la responsabilité financière (cet âge reste à déterminer, dans mon cas ça a été 29 ans), elles auront la joie de voir que tout cet argent aura fructifié.

Mais le plus intéressant est que vous pouvez faire transférer de l’argent automatiquement dans n’importe quel compte que vous créez. Par exemple, vous pouvez transférer 20$ par semaine dans un compte nommé « Vacances ». Votre fonds de vacances sera ainsi amassé sans que vous ayiez à lever le petit doigt.

Et n’oublions pas que ce fonds générera même de jolis intérêts et qu’il sera libre d’impôt si vous créez le compte dans le cadre de votre CÉLI. En utilisant cette méthode, il devient plus facile d’accumuler de l’argent pour les dépenses qui viennent : vacances, nouveaux pneus, nouveau matelas, rentrée scolaire, etc.

À vos comptes ING!

Categories: Épargne Tags: , ,

Profiter d’un ralentissement

mars 9th, 2009 Soeur économe Comments off

Difficile de faire rimer voiture et écologie. Même chose pour voiture et économies. Si la meilleure option pour vraiment économiser est certainement de ne pas avoir de véhicule ou, à défaut, de l’utiliser le moins possible, lorsqu’il le faut, certaines habitudes de conduite peuvent permettre d’éviter de gaspiller le carburant.

Relaxez

En ville, la conduite saccadée ou agressive (une succession d’accélérations rapides et de freinages de dernière minute) est synonyme de consommation accrue de carburant, pour très peu de temps gagné au bout du compte. Une telle conduite n’amènerait qu’une réduction de 4% du temps de trajet, pour 37% de plus de carburant dépensé (du moins selon une étude citée par de nombreux sites comme l’Office de l’efficacité énergétique, mais dont j’ai pas réussi à retracer le document original). Tant qu’à sauver moins de trois minutes sur un déplacement d’une heure, mieux vaut donc relaxer.

Levez le pied

Sur l’autoroute, chaque kilomètre/heure ajouté au compteur de vitesse accroîtrait le niveau de consommation de la voiture. Il semble en effet qu’au-dessus de 90 km/h, l’efficacité énergétique de la voiture devient beaucoup moindre et entraîne plus de gaspillage. On nous propose de passer de 120 à 110 ou 100 km/h comme vitesse de croisière, pour sauver ainsi respectivement 10 et 20% sur notre consommation. Selon la distance que vous parcourez annuellement, cela peut aisément représenter plusieurs centaines de dollars.

Calculez

Calculer votre consommation de carburant réelle peut vous permettre de vous comparer aux cotes de consommation de carburant officielles pour votre voiture. Même si ces cotes sont établies sans tenir compte de tous les facteurs, cet exercice pourrait vous permettre de voir à quel point vous vous en éloignez ou rapprochez de ces valeurs, et de voir également si une modification de certaines habitudes de conduite pourra l’influencer sensiblement. Ressources naturelles Canada juge bon de présenter une méthode détaillée pour effectuer le calcul… de même qu’un sympathique « Formulaire de rondin de consommation de carburant » (!) que vous pouvez imprimer…

Tant qu’à y être, vous voulez avoir un aperçu assez complet des coûts annuels impliqués pour posséder et utiliser un véhicule ? Peut-être préférerez-vous après coup ne pas avoir fait le calcul, mais le CAA offre un outil et quelques exemples. Parmi les cas présentés, posséder une Chevrolet Cobalt 2008 et rouler 18 000 km dans l’année coûterait environ 9400$ au total, soit l’équivalent de 0,52$ par kilomètre parcouru.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr NathanFromDeVryEET

Le troc en ligne

mars 5th, 2009 Roger Tremblay 1 comment
xbox

Êtes vous un gamer? Si oui, combien de dollars dépensez-vous chaque année en jeux vidéo? Êtes-vous du genre à accumuler ces jeux même si vous savez très bien que vous n’y toucherez plus jamais? Avez-vous déjà échangé des jeux chez EB Games ou Microplay avec un goût amer dans la bouche, sachant très bien que vous vous faisiez avoir? Eh bien, ce temps est révolu!

J’ai découvert Goozex.com l’automne dernier. Goozex est une communauté de troc virtuel. Vous pouvez y échanger vos jeux selon un système de crédits. Le système est simple : les jeux ont une valeur en crédits. Vous identifiez les jeux que vous possédez et dont vous voulez vous départir. Quelqu’un, quelque part, souhaite obtenir un de ces jeux. Vous lui envoyez via la poste et vous obtenez sa valeur sous forme de crédits que vous pouvez ensuite dépenser pour obtenir le jeu de votre choix!

Les seuls coûts du système sont liés aux envois de jeux. N’est-ce pas magnifique? De plus, vous pouvez échanger des jeux sur une multitude de plateformes ou accumuler les crédits pour obtenir un jeu de plus grande valeur plus tard. Par contre, il est évident que vous ne pourrez obtenir le jeu le plus récent la semaine suivant sa sortie. Les demandes sont mises en file et vous pouvez voir combien de personnes ont priorité sur vous pour l’obtention d’un jeu.

Plusieurs autres services de ce genre existent sur le Web. Et pas seulement pour les jeux :

Game Trading Zone, pour des jeux, livres et DVD
Flick Flop, pour des DVD
BookMooch, pour des livres

Et plusieurs autres que Google débusquera pour vous!

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Rune T
Categories: Analyse Tags:

Le nettoyer-jeter

février 26th, 2009 Soeur économe Comments off
   

Lingettes désinfectantes jetables, plumeaux jetables, linges jetables à vadrouille préhumidifiés, brosses à toilette jetables. Ces produits d’entretien ménager sont vraiment omniprésents dans les publicités télévisées. Or, ils reviennent cher et sont peu utiles. Si on y ajoute les distributeurs électriques d’odeurs, désodorisants textiles et autres vaporisateurs parfumés associés à la propreté également très publicisés, on tombe carrément dans la catégorie du néfaste.

Pourquoi les achète-t-on ? Dans le premier cas, on exploite vraisemblablement un certain dédain d’avoir à laver guenilles, éponges, brosses et vadrouilles réutilisables une fois leur tâche de nettoyage accomplie. Dans le second cas, on se donne l’impression que si certaines odeurs flottent dans l’air, c’est que l’endroit est propre. De fait, les lingettes jetables de tout acabit sont elles aussi imprégnées de ces mêmes fragrances de lavande printanière, fraîcheur des montagnes et autres « parfums frais ».

Les versions réutilisables des accessoires d’entretien jetables durent évidemment plus longtemps et coûtent en bout de ligne beaucoup moins cher au consommateur, tout en ne générant pas de déchets inutiles.  Quant aux disperseurs de fragrances, ils ne font en bout de ligne qu’ajouter des polluants à l’air ambiant, et vous payez pour cela ! De surcroît, ils sont susceptibles d’affecter votre santé. En effet, alors que les muscs synthétiques qu’ils contiennent sont soupçonnés de différents effets néfastes pour les systèmes endocrinien et reproducteurs du corps humain, d’autres de leurs substances volatiles peuvent quant à elles causer asthme et irritation des voies respiratoires.

La guenille n’est pas coûteuse, particulièrement si elle est la deuxième vie d’une débarbouillette ou d’un chandail usé. Et tout comme la tête de vadrouille et l’éponge, on n’a qu’à les passer à la laveuse. On peut aussi aisément fixer un tissu lavable même sur une vadrouille nécessitant normalement des linges jetables. Quant au besoin que tout sente toujours « bon » , si on y tient il existe certains trucs ne faisant pas appel aux fragrances de synthèse. Mais pourquoi ne pas tout simplement les éviter le plus possible, aussi bien dans les produits d’entretien ménager, que dans les détergents (vaisselle, linge) et produits d’hygiène (savons, shampoings, crèmes) ?

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr aflcio2008

Categories: Analyse Tags: , ,

Laisser tomber le papier

février 19th, 2009 Soeur économe Comments off
   

J’avais déjà abordé des moyens d’éviter d’avoir à ramasser un paquet de dépliants publicitaires à votre porte et dans votre boîte aux lettres. Inspirée par de récents aveux d’Ebenezer, je vous invite maintenant à aller un pas plus loin dans le plan d’amaigrissement de votre boîte aux lettres: passer aux factures et relevés électroniques.

Beaucoup paient depuis plusieurs années leurs comptes par voie électronique, mais continuent de recevoir les factures sur papier, ce qui leur impose de devoir les classer, les entreposer et, un jour ou l’autre, les déchiqueter. Or, les entreprises et autres organisations vous les envoyant mensuellement offrent presque toutes la possibilité de laisser tomber leur envoi par la poste et de vous fournir plutôt une facture ou relevé électronique. Pas de délai de poste, et évidemment moins de papier généré (dans la mesure où vous vous retenez de les imprimer vous-même…).

Bien sûr, c’est une mesure qui fait économiser beaucoup à ces entreprises qui, pourrait-on penser, ne retournent pourtant pas ces économies aux consommateurs qui y adhèrent. Certaines vous inscriront à des concours, d’autres feront un don à un organisme de protection de l’environnement ou leur feront planter un arbre par relevé éliminé, mais cela reste très probablement inférieur aux montants. C’est effectivement un peu agaçant. 

Si ce qui vous rebute dans la facturation électronique est l’idée de devoir vous connecter chaque mois sur une panoplie de sites Web différents pour obtenir à chaque endroit la facture émise, il y a une autre option: Postel. Ce service offert par Postes Canada permet en effet d’ouvrir une boîte aux lettres virtuelle dans laquelle on reçoit directement les factures électroniques de tous les fournisseurs que l’on inscrit. On peut les y archiver et, si vous craignez d’oublier de les payer en temps, le service offre des options de rappel par courriel.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Pink Sherbet

Ils veillent… et dépensent

janvier 26th, 2009 Soeur économe Comments off
  

 

 

La semaine dernière, Hydro-Québec émettait un communiqué demandant à la population de réduire sa consommation d’énergie en période de pointe pour faire face à la grande demande. Aux moyens proposés pour ce faire (réduire le chauffage, l’éclairage, la consommation d’eau chaude et l’utilisation d’appareils énergivores), elle aurait peut-être pu ajouter de débrancher nos appareils en mode veille !

D’après l’Office de l’efficacité énergétique, on compte de plus en plus d’appareils électroniques et d’électroménagers dans les foyers, un nombre croissant de ces appareils comportent un mode veille (pour afficher l’heure, attendre un signal ou autre), et ce mode veille consomme de plus en plus d’énergie. L’Office estime que cela représente entre 5 et 10% de toute l’électricité consommée dans un foyer typique (convertissez en dollars en fonction de votre facture d’Hydro). En fait, 40% de toute l’électricité consommée par ces appareils le serait alors qu’ils sont en veille… 

Or, la Commission européenne a adopté récemment un règlement fixant des exigences d’efficacité énergétique pour le mode veille des appareils qui s’appliqueront à partir de 2010. Ce règlement restreint à 2 watts et moins la consommation en mode veille des nouveaux produits — d’après l’Office de l’efficacité énergétique, les consoles de jeux récentes consommeraient présentement jusqu’à 185 watts en mode veille.

L’Europe prévoit sauver éventuellement environ 36 térawattheures et 14 millions de tonnes de gaz carbonique par année grâce à cette mesure. L’Amérique du Nord pourrait tenter de relever le défi…

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Kachina

Categories: Actualité Tags: ,

Les fameux sacs – partie 2

janvier 19th, 2009 Soeur économe 3 comments

Tel que décrit précédemment, on constate une réelle tendance à l’utilisation de sacs réutilisables à l’épicerie. Hors du secteur de l’alimentation, cependant, le sac de plastique reste plutôt roi. Visitez par exemple des boutiques d’un centre commercial et observez le regard surpris à la caisse lorsque vous mentionnez que vous avez votre sac réutilisable…

En fait, plusieurs chaînes de pharmacies et quincailleries, ainsi que des librairies et magasins à rayons, se sont mises à vendre des sacs réutilisables avec leur logo. Mais cette initiative ne semble pas aller beaucoup plus loin, pour le moment, que de profiter de cette mode pour se faire faire de la pub… En effet, le consommateur doit payer pour le sac, et le commerce n’offre pas de remise lors de son utilisation subséquente ni ne charge pour un sac de plastique. Je connais deux exceptions: Mountain Equipment Coop (MEC), qui remet cinq cents à un organisme environnemental chaque fois qu’un consommateur ne prend pas de sac lors d’un achat, et IKEA, qui charge cinq cents par sac de plastique fourni au consommateur et remet cette somme à un organisme de plantation d’arbres. En connaissez-vous d’autres ? 

Certains groupes demandent la mise en place d’une réglementation pour interdire complètement l’utilisation de sacs de plastique non biodégradables au Québec. Un projet de loi privé en ce sens avait d’ailleurs été présenté en 2005 par un député du Parti québécois, mais le gouvernement libéral a plutôt appuyé la mise en place d’un programme de certification permettant une meilleure identification (et donc le recyclage plus efficace) des sacs de plastique. Deux petites municipalités québécoises, Huntingdon et Saint-Anselme, ont adopté des réglements interdisant l’utilisation des sacs de plastique non biodégradables sur leur territoire. L’impact de ces mesures est évidemment plutôt limité.

En terminant, avec ce qui se fait dans le secteur alimentaire, vous vous devez d’embarquer dans le train des sacs réutilisables mais ne souhaitez pas payer pour vous en procurer ? Vous pouvez faire des emplettes lors d’une Journée sans sac ou d’un autre événement similaire, plusieurs commerces offrent alors un sac réutilisable gratuitement avec un achat. Vous pouvez aussi vous trouver quelqu’un qui fréquente des congrès — on remet de plus en plus de ces sacs aux participants. Ou même prendre du tissu et vous en fabriquer vous-même! Et si vous avez des dizaines de sacs de plastique entreposés, on retrouve notamment dans les magasins IGA des bacs où les déposer afin qu’ils soient recyclés (et ce, peu importe s’ils proviennent de cette bannière ou d’une autre…).

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr tyger_lyllie

Categories: Actualité Tags: , ,
-->