Archive

Posts Tagged ‘retraite’

Augmenter la limite de cotisation des RÉER?

avril 26th, 2010 Ebenezer Comments off
3970772086_98355cb11c_m

Dans le contexte des consultations sur la refonte des systèmes de pensions au Canada, certains appellent à l’augmentation de la limite de cotisation aux RÉER. Présentement, cette limite est fixée à 18% du revenu brut et il semble que ça ne soit pas tout à fait suffisant pour assurer une retraite confortable.

Baisser l’impôt des riches?

C’est le blogue du Wealthy Boomer qui a attiré mon attention sur cette recommandation de l’institut CD Howe. Comme cet institut est largement financé par les entreprises de services financiers, on peut imaginer que celles-ci tireraient profit de l’augmentation des contributions à des RÉER en vendant plus de fonds mutuels et autres produits financiers.

Même si on ne peut pas être contre la vertu — et encourager les Canadiens à économiser plus en vue de leur retraite est un bien noble objectif — on peut se demander qui a les moyens d’économiser plus de 18% de son revenu brut! Je pose comme hypothèse qu’il faut être très riche pour avoir les moyens de placer 34% de son revenu brut dans un RÉER (comme il est proposé). De toute façon, étant donné le nom du blogue, aucun riche n’est là pour me lire et me contredire!

Une plus grande contribution à un RÉER donnerait donc accès à des crédits d’impôts plus important… pour les plus riches.

Corriger les iniquités

Dans l’article du Wealthy Boomer, on mentionne que l’objectif est de corriger l’iniquité entre les employés du secteur privé dont le principal véhicule d’économies de retraite est le RÉER et les employés qui peuvent profiter d’un régime de retraite à prestations déterminées. Ce dernier aurait une valeur équivalent à 34% du salaire. Si c’est le cas, il y a effectivement iniquité et elle doit être corrigée, mais je m’étonne: il me semble que la somme de ce que paient les employés et l’employeur pour financer les régimes de retraite n’arrive pas à un total de 34%. Peut-être que certains (bonjour Sourire!) pourront m’éclairer?

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Pearly85
Categories: Actualité Tags:

Combien ça vaut, un régime de retraite?

mars 30th, 2010 Sourire Comments off
4109922972_7aa1abb7a8_m

Note d’Ebenezer: Chantons, dansons! Sourire nous a pondu un autre article sur les régimes de retraite. Si vous voulez lire ses articles précédents sur le sujet, c’est par ici!

J’avais promis un article sur la valeur d’un régime de retraite pour un individu, article que j’ai grandement tardé à livrer. En fait, s’il est difficile d’attacher un chiffre précis à un régime de retraite pour l’ensemble de ses participants, cela s’avère encore plus difficile pour un individu en particulier. On ne peut plus compter sur la loi des grands nombres!

Je vais tracer un parallèle avec une assurance automobile. La plupart des années, on peut avoir l’impression d’avoir payé pour rien, vu qu’on n’a fait aucune réclamation. Pourtant, nonobstant le caractère obligatoire d’une telle assurance, je pense que la plupart des gens avisés ne songeraient pas à ne pas s’assurer. Avec une assurance automobile, je pense qu’on achète d’abord et avant tout une tranquillité d’esprit.

C’est un peu pareil avec un régime de retraite: il procure une tranquillité d’esprit. Que l’on vive longtemps ou non, on est certain de ne pas se retrouver sans source de revenu. Que la bourse s’effondre ou s’envole, on a une certaine assurance de recevoir sa rente encore le mois prochain, et le suivant, et l’autre d’après! En fait, la principale doléance de ceux qui ont droit à une rente d’un régime de retraite a souvent trait à l’absence de pleine indexation.

Mais cela ne répond toujours pas à la question: combien ça vaut, un régime de retraite? Eh bien, l’une de mes caractéristiques étant la prudence typique de ceux que la profession actuarielle attire, j’hésitais à me prononcer! Or, un article paru dans le numéro de février/mars 2010 de MoneySense est venu à la rescousse!

« Research shows that if you retire at age 65 [...] you would need a nest egg that’s 25 times the annual amount you plan to withdraw to ensure little risk of ever running out of money.» En français, cela veut dire que, pour une retraite à 65 ans, selon les études, il faut avoir des économies égales à 25 fois le montant annuel désiré pour encourir un faible risque de se retrouver sans le sou.

Et pour prendre sa retraite à 55 ans, «research suggests that you should multiply your cash flow needs by about 33», ce qui  veut dire que le multiple nécessaire augmente à environ 33.

Donc, par exemple, pour avoir 50 000 $ par année à vie, il faudrait avoir accumulé 1 250 000 $ si on prend sa retraite à 65 ans, ou 1 650 000 $ à 55 ans.

Je rappelle que les études ont calculé le montant à prévoir pour que le risque d’épuiser ses économies soit faible, et non nul. C’est une nuance importante! Même pour les régimes de retraite, la certitude n’est pas à 100 %, mais dépend de la survie de l’entité qui offre le régime de retraite ou de l’achat par cette entité de rentes auprès d’une compagnie d’assurances. Or, quand on parle du gouvernement — l’article de David Aston traitait du cas d’un couple de fonctionnaires fédéraux — on est plutôt pas mal certain de ne pas voir sa rente diminuée à cause de difficultés financières de la compagnie!

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr TommyClicks
Categories: Analyse Tags: ,

Ottawa veut modifier les conditions de retraite de ses fonctionnaires

janvier 18th, 2010 Ebenezer 2 comments
58635496_327f06af8e_m

Merci à Romain qui se souvenait qu’on aime bien parler de régimes de retraite ici et qui a attiré mon attention sur cet article du Devoir.

Afin de contrôler le déficit du gouvernement fédéral et limiter les problèmes de manque de main-d’œuvre, le gouvernement étudie la possibilité d’éliminer la retraite anticipée à 55 ans pour les employés cumulant 30 ans de service. Le changement s’appliquerait toutefois seulement aux nouveaux employés de la fonction publique fédérale.

Dans un contexte où le déficit budgétaire à Ottawa atteint des niveaux record, on peut comprendre le gouvernement de chercher à économiser partout où il le peut… d’autant plus que le gouvernement fédéral défraie présentement plus de la moitié (68% aujourd’hui, 60% en 2013) du coût du régime de retraite de ses employés. Au provincial, l’employé et l’employeur contribuent à parts égales.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr 416style
Categories: Actualité Tags: ,

Des changements à venir dans les régimes de retraite

novembre 2nd, 2009 Ebenezer Comments off

393217457_c906301977_mÇa n’a pas fait beaucoup de vagues jusqu’à maintenant, mais le ministre des Finances au fédéral, Jim Flaherty, a récemment complété une consultation sur l’avenir des régimes de retraite. C’est son secrétaire parlementaire, Ted Menzies, qui a été chargé de sillonner le Canada pour consulter la population sur le sujet.

Il y a un problème à régler

L’état inquiétant des différentes caisses de retraite, amplifié par la récente crise financière, mais surtout causé par des prévisions de rendements trop optimistes depuis des années de la part des administrateurs de régimes, laisse la plupart de des caisses dans une situation précaire, au mieux (aux États-Unis, c’est carrémment catastrophique).

L’article de Les Affaires indique que la réglementation serait modifiée afin d’encourager les caisses de retraite à réaliser des surplus plus importants en temps de prospérité économique. À l’heure actuelle, si le surplus dépasse 10%, le régime de retraite est obligé par la loi de cesser de percevoir les cotisations de ses membres jusqu’à ce la situation revienne à un certain équilibre.

Augmenter ou éliminer ce seuil permettrait aux caisses de retraite de se bâtir un plus gros coussin de sécurité en prévision de futures récessions.

Quel est l’impact potentiel de ces changements

D’après ce que j’ai pu lire, les changements ne toucheront que les régimes de retraite qui relèvent de la réglementation fédérale, ce qui représente moins de 1o% des régimes au pays. Par contre, des modifications au fédéral pourraient donner le ton aux autres régimes au pays. Il faudra suivre attentivement le dossier, lorsque les changements seront annoncés!

De plus, je pense (Sourire ou quelqu’un d’autre pourra me corriger) que la limite de surplus de 10% s’applique à tous les régimes de retraite, puisque ça a un impact sur l’impôt fédéral payé par les participants à tous les régimes.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr pedrosimoes7
Categories: Actualité Tags: ,

La rente viagère: des prestations déterminées

octobre 29th, 2009 Ebenezer Comments off
108048086.zyozVEka

La récente question de Roger Léger en commentaire à mon article sur le service proactif de ma caisse m’amène à introduire un produit dont je connaissais l’existence, mais non les détails. D’après ses commentaires, il a un montant d’argent qu’il souhaite utiliser comme supplément de revenu de retraite. L’option «de base» est de laisser cet argent dans un compte épargne à intérêts élevés et d’en retirer une portion à chaque mois.

L’alternative: la rente viagère

Une alternative est de faire l’acquisition d’une rente viagère. Le concept de base est le suivant: vous donnez à une institution financière (le plus souvent, une compagnie d’assurance) un gros montant d’argent. En échange, cette institution vous versera, jusqu’à la fin de votre vie, un montant mensuel. Ça ressemble beaucoup à un régime de retraite à prestations déterminées, mais financé complètement par l’acheteur de la rente.

Les deux principaux avantages que je vois à cette méthode sont:

  • Un revenu garanti, peu importe la situation économique (dans la mesure où la compagnie d’assurance qui fournit la rente ne fait pas faillite, je présume).
  • Élimine le souci de devoir déterminer comment placer notre argent à un moment de notre vie où notre état de santé ne nous permet pas nécessairement de suivre attentivement nos finances.

Du côté des désavantages:

  • Le taux de rendement calculé dans la rente est probablement plus faible en période de boom économique que des placements dans des actions.
  • C’est un produit relativement complexe, il faut très bien s’informer avant d’en faire l’acquisition.

Et, bien sûr, la véritable valeur d’une rente viagère dépend énormément d’une grande inconnue, autant pour vous que pour la compagnie d’assurance: le moment de votre décès. Plus vous vivez longtemps, plus vous êtes avantagé, financièrement.

Attention: consultez un (des!) professionnel

Comme je le disais, ce genre de produit n’est pas un simple compte épargne et cet article ne se veut en rien une explication complète de comment ça fonctionne. Avant d’en faire l’acquisition, consultez un ou même des professionnels qui vous expliqueront toutes les variantes possibles du produit et vous permettront de faire un choix éclairé.

Categories: Épargne Tags: , , ,

RÉER: pas de conseil!

octobre 25th, 2009 Ebenezer 1 comment
2754438913_f869b91878_m

À la suite de mon récent article sur les RÉER, Nicolas me demandait ce que j’allais conseiller aux lecteurs, avec l’arrivée de la saison des RÉER et de l’avalanche de publicité qui vient avec. Comme l’indique le titre de cet article, il sera probablement déçu par ma réponse, mais je pense tout de même qu’elle est d’intérêt général.

Ça dépend de votre situation

Les conseils en placement, c’est un travail qu’exercent à temps plein des professionnels! Je ne prétendrai jamais être une alternative valide. Par contre, je peux vous dire que les conseils varieront largement en fonction de votre situation. Les éléments suivants doivent être considérés:

  • Horizon de placement (combien de temps avant d’utiliser vos placements – retraite ou RAP pour achat de maison)
  • Votre tolérance au risque
  • Vos connaissances en finances
  • Votre situation financière actuelle

En fait, le seul vrai conseil que je peux donner, c’est toujours le même: informez-vous sur les différents produits offerts, assurez-vous de bien les comprendre et utilisez votre propre jugement pour faire des choix éclairés.

Et la publicité, elle?

Je trouve que la publicité sur les produits RÉER est rarement très utile. Trop souvent, les RÉER sont présentés comme un produit financier en soi, alors qu’il s’agit simplement d’un mécanisme pour placer de l’argent à l’abri de l’impôt — on peut y mettre à peu près n’importe quel produit financier normal comme des fonds d’actions, des placements garantis, des actions, etc. Pour déterminer ce qui vous convient le mieux, informez-vous d’abord sur les différentes façons de placer votre argent. Quand vous aurez sélectionné un produit qui vous intéresse, adressez-vous ensuite à une institution financière pour voir si cette option est pratique dans votre situation (il peut arriver que que certaines options nécessitent un montant minimum significatif).

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr nate steiner
Categories: Épargne Tags: , , ,

RÉER: certains n’aiment pas(!)

octobre 17th, 2009 Ebenezer 6 comments

2376463621_146cc16cd7_mJe ne fais pas un secret que l’inspiration pour les articles que j’écris provient souvent de questions et de discussions que j’ai dans la «vraie» vie, soit au travail ou en famille. N’hésitez donc pas à vous faire entendre, par courriel ou dans les commentaires si vous avez des interrogations. Je n’ai pas réponse à tout, bien entendu: je ne sais pas si la bourse continuera de monter pour les cinq prochaines années et je ne sais pas non plus pourquoi on continue de verser une rémunération indécentes aux dirigeants des grandes entreprises… mais il me fera souvent plaisir de fouiller un peu et d’en parler ici.

Bref, j’ai eu une récente discussion avec un collègue de travail au sujet des RÉER. Après tout, c’est un excellent moment pour y réfléchir, ça permet de se préparer plutôt que de placer son argent n’importe comment à la dernière minute. Il me disait donc qu’il n’était pas certain que de cotiser à des RÉER était une si bonne idée que ça. Son raisonnement? Rien ne garantit que le taux d’imposition au moment de retirer son argent ne sera pas significativement plus élevé qu’il l’est actuellement et rien ne garantit que les dispositions du programme ne seront pas modifiées si le gouvernement se trouve à manquer cruellement d’argent.

Les calculs

Mon instinct me disait qu’il faudrait que le taux d’imposition soit fabuleusement plus élevé pour que ses craintes soient justifiées, la magie de l’intérêt composé à l’abri de l’impôt faisant quand même un très bon travail pour maximiser le rendement. J’ai donc mis quelques chiffres dans la calculatrice.

Supposons que vous déposez 200$ par mois dans votre RÉER pendant 30 ans. Supposons un taux d’imposition moyen de 40%. Nous utiliserons un taux de rendement purement arbitraire de 5%. Le taux réel pour quelqu’un qui épargne à l’extérieur du RÉER sera donc de 3%. Quelle est la différence d’épargne au bout de 30 ans?

  • Avec un RÉER: 163 740$ + 66 970$ de retour d’impôt (40% de la cotisation annuelle, ajouté à l’épargne une fois par année pour la même période)
  • Hors RÉER: 116 028$

Par contre, un participant au programme de RÉER devra payer de l’impôt sur les retraits qu’il fera à sa retraite, contrairement à quelqu’un qui aura décidé de payer l’impôt au fur et à mesure.

Si le taux d’imposition demeure le même, la stratégie RÉER est clairement plus payante, même après avoir payé les impôts: on a 138 426$ (et je simplifie à l’extrême… l’impôt ne sera pas payé en entier le premier jour de la retraite), c’est 22 398$ de plus que quelqu’un qui a épargné en dehors d’un RÉER.

En fait, le taux d’imposition devrait être supérieur à 50% dans l’exemple donné au moment de la retraite (alors qu’il a été de 40% pendant la totalité de la durée de l’épargne) pour que ça devienne plus avantageux d’épargner hors RÉER. En bref, même avec un scénario qui arrondit et simplifie énormément, le plus souvent en défaveur du RÉER, celui-ci demeure plus avantageux.

La date limite pour cotiser à un RÉER pour profiter des crédit d’impôt dans votre rapport d’impôt de 2009 est le 1er mars 2010. C’est donc le temps de commencer à le planifier!

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Leonie
Categories: Analyse Tags: , ,

Ma compréhension de la valeur d’un fonds de pension

octobre 10th, 2009 Ebenezer Comments off
2889526946_15db07a7d0_m

Je discutais récemment avec un ami de la valeur d’un fonds de pension pour un employé. Nous comparions nos situations: j’ai la chance de bénéficier d’un fonds de pension à prestations déterminées, contrairement à lui, et il semblait penser que j’étais terriblement avantagé. La discussion s’inscrit par ailleurs plutôt bien en réponse aux articles de Sourire sur le sujet parus il y a quelques jours. J’espère qu’elle me corrigera si j’écris n’importe quoi!

Fonds de pension: essayons d’y mettre des chiffres

Le tout premier élément à connaître, c’est que l’employé contribue également à son fonds de pension. La proportion peut varier mais, le plus fréquemment, l’employé paie 50% du régime et l’employeur couvre l’autre 50%.  Si on simplifie à l’extrême, un fonds de pension est un régime où l’employeur vous force à cotiser une portion de votre salaire à un RÉER… sauf que le RÉER, c’est lui qui le gère jusqu’à votre retraite, et il vous garantit un rendement fixe (via la prestation déterminée).

Donc, si un employeur m’offre un salaire égal à celui que je gagne actuellement sans m’offrir de fonds de pension, c’est comme si on m’offrait un salaire inférieur. De combien? Environ le montant que mon employeur cotise à mon fonds de pension.

Pas une panacée

Bref, en y regardant un peu plus attentivement, on réalise qu’un fonds de pension à prestations déterminées, ce n’est pas une panacée universelle à laquelle il faut aspirer à tout prix. Il est possible à quelqu’un de très discipliné de reproduire la même chose par des cotisations régulières (et probablement maximales) à son RÉER. Il faut également gérer l’argent dans son RÉER de façon aussi efficace que le fonds de retraite de l’employeur (par exemple, ne pas tout mettre son argent dans Nortel deux ans avant sa retraite…)

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr john.d.mcdonald
Categories: Analyse Tags:

Régimes de retraite — Ça vaut combien? (suite et fin)

octobre 6th, 2009 Sourire Comments off
2844143909_0ffb83d479_m

J’ai déjà abordé la difficulté d’évaluer un régime de retraite et traité de quelques hypothèses dans un article précédent. Voici la suite!

Hypothèses économiques

Un autre ensemble d’hypothèses est très important, soit celui des hypothèses économiques: celles qui touchent le salaire, celles qui touchent le taux de rendement et, surtout si le régime prévoit une quelconque indexation des prestations, celles qui touchent le taux d’inflation.

Comparativement aux durées de vie et de service, qui sont essentiellement individuelles, les hypothèses économiques sont globales, c’est-à-dire qu’elles affectent l’ensemble du régime.

Commençons par le taux d’inflation. Si les prestations sont indexées, partiellement ou complètement, le taux d’inflation affecte toutes les prestations de la même façon. Dernièrement, le taux d’inflation n’a pas trop varié au Canada, mais ça n’a pas toujours été le cas, et, même si la Banque du Canada semble en contrôle, je ne suis pas sûre qu’il y ait beaucoup d’experts qui soient prêts à affirmer que l’inflation restera sous contrôle pendant les 75 prochaines années…

Le taux de rendement est un taux calculé pour l’ensemble des fonds qui se trouvent dans la caisse de retraite. Il faut faire une hypothèse pour ce taux… Il suffit de penser aux taux de rendement des bourses canadiennes et états-uniennes ces dernières années pour se rendre compte que ce n’est pas facile à prédire…

Pour ce qui est du salaire, en fait, il y a une composante individuelle dans la mesure où l’augmentation de salaire vient en partie du mérite ou de l’expérience propre à la personne. ll y a aussi une composante globale qui correspond à l’augmentation de productivité. En fait, cette décomposition semble pas mal théorique… Même sans s’attarder aux composantes — il est possible d’en définir trois — le fait est qu’il est aussi difficile de prédire les augmentations de salaire…

La morale de l’histoire?

Parce qu’il y a plusieurs hypothèses à émettre pour évaluer un régime de retraite (je ne les ai même pas toutes mentionnées!), parce que plusieurs hypothèses font l’objet d’une grande incertitude et parce qu’un régime de retraite a des engagements qui s’étalent loin dans le temps, il ne faut pas s’étonner de passer d’une période où plusieurs régimes sont excédentaires (parfois au point de se demander quoi faire de l’argent en trop), à une période où plusieurs régimes sont déficitaires.

Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus qu’il est difficile d’évaluer un régime de retraite, pensez à ceci: est-ce que les experts s’entendent pour prédire ce qui arrivera sur les marchés canadiens dans la prochaine année? Même d’ici la fin de l’année? Alors, difficile de penser qu’on puisse prédire tout ce qui affectera la valeur des promesses faites aux actuels participants à un régime de retraite!

Alors, pas étonnant qu’il faille évaluer un régime au moins tous les trois ans — cela permet de rajuster le tir! Ce n’est pas aussi fréquent que l’ajustement de l’avion sur sa trajectoire, mais la destination n’est pas atteinte à aussi brève échéance non plus!

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr cliff1066
Categories: Analyse Tags:

Régimes de retraite — Ça vaut combien?

octobre 4th, 2009 Sourire Comments off

3261364899_278ffbbabb_mPersonne ne le sait exactement…

Au niveau individuel, très difficile de juger de la valeur d’un régime de retraite (à prestations déterminées); en fait, on y reviendra dans un autre article! Au niveau du régime dans son ensemble, ce n’est pas facile non plus: même les experts en évaluation de régimes de retraite ne prétendent pas connaître LA valeur exacte d’un régime de retraite.

… sauf si…

En fait, dans un cours que j’ai donné l’hiver dernier, j’ai insisté sur le fait que le véritable coût d’un régime de retraite n’est connu que lorsque plus personne n’a un quelconque droit à une quelconque prestation offerte par le régime. Et à moins que le régime n’achète des rentes auprès d’un assureur, cela va jusqu’au décès du dernier participant ou bénéficiaire. Or, les centenaires se font de moins en moins rares! Cela veut dire que les engagements d’un régime durent potentiellement longtemps après le départ à la retraite, et souvent bien des années après le travail qui a ajouté aux droits acquis dans le régime.

(Par analogie, impossible de savoir exactement combien il en coûtera pour élever votre bambin avant d’avoir fini de l’élever! Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faille pas se poser la question…)

Alors, de quoi dépend la valeur?

Parlant de centenaires, vous aurez compris que la durée de vie est l’une des variables à prendre en compte dans l’évaluation d’un régime de retraite. Au niveau d’un groupe, des études de mortalité permettent d’avoir une idée de la durée de vie des gens. (Ce qui est difficile, c’est d’anticiper les gains au niveau de la santé qui se traduisent en durée de vie plus longue pour tous.)

Le nombre d’années de service est aussi une valeur inconnue tant que la personne n’a pas pris sa retraite, ou laissé son emploi avant même de prendre sa retraite. Ce nombre d’années dépend de l’employeur (via les mises à pied, les fermetures d’usine, les congédiements) et de l’employé lui-même (en démissionnant ou en partant à la retraite).

La durée de vie et la durée de service font l’objet d’hypothèses dans le cadre de l’évaluation d’un régime de retraite. Mais ce ne sont pas les seules hypothèses à faire! Loin de là!

D’ailleurs, d’autres hypothèses seront présentées dans un prochain article…

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Mykl Roventine
Categories: Analyse Tags:
-->