Archive

Posts Tagged ‘Interac’

Interac veut changer!

février 25th, 2010 Ebenezer 1 comment
preview_cafe

Soeur économe m’a récemment fait suivre une nouvelle à propos d’Interac. Un nom que tout le monde connaît (selon Le Devoir, 60% des transactions effectuées au Canada le sont avec une carte de débit), mais qui fait très rarement les manchettes.

La compétition arrive

Interac est une organisation sans but lucratif (oui oui!) qui regroupe des institutions financières, des commerçants et d’autres compagnies connexes qui se sont associées pour offrir aux Canadiens une solution de paiement par carte de débit (leur site web se plaît à ajouter «à faible coût»… ce qui n’est peut-être pas si faux).

Pourquoi parler de faible coût quand une transaction Interac implique des frais et que l’utilisation d’une carte de crédit est gratuite? Parce que les frais de la carte de crédit sont cachés… c’est le commerçant qui doit les payer! Pour les détails, je vous réfère à l’excellent article de Soeur économe sur le sujet: Sans frais, les cartes de crédit? Ça dépend pour qui.

Bref, la compétition arrive: Visa et Mastercard souhaitent envahir le marché en offrant des cartes de débit à leur sauce, c’est-à-dire que, pour le marchand, elles sont traitées comme des cartes de crédit, mais votre marge de crédit est égale au solde de votre compte de banque et vos achats sont automatiquement déduits. Dans ce scénario, vous l’aurez deviné, ça sera encore les commerçants qui assumeront les frais… et nous les refileront à travers une hausse de prix.

De deux maux…

J’utilise depuis des années de façon quasi systématique ma carte de crédit pour mes achats courants (et je paie le solde à tous les mois!)… Mais mes convictions sont de plus en plus ébranlées: puisque de toute façon des frais de transaction seront perçus pour l’utilisation d’une carte de paiement, ne serait-il pas mieux, pour maintenir ces frais au minimum et faire agir la concurrence, que les frais en question soient exposés à la personne qui fait le choix du mode de paiement, le consommateur?

J’approche de plus en plus de la conclusion que la meilleure façon de garder ces frais au minimum est de les faire payer par le consommateur (à la méthode Interac) plutôt que par le commerçant…

Mais tout ça ne répond pas à la question de Soeur économe dans son message d’origine: en quoi le statut d’organisme sans but lucratif empêche Interac de compétitionner à armes égales avec Visa et Mastercard

Sans frais, les cartes de crédit ? Ça dépend pour qui

avril 8th, 2009 Soeur économe 1 comment

On peut identifier plusieurs avantages à tirer d’une utilisation « optimale » de sa carte de crédit: un délai de paiement et pas de frais si on paie le solde entier à chaque mois, un retour sous forme de points, milles ou autres, et même, pour les plus maniaques, une facilité accrue de suivi de ses dépenses dans leur logiciel de finances personnelles. Je ne m’étais jamais vraiment informée de la contrepartie: les frais. Néanmoins, ayant lu récemment que ces frais représentaient plusieurs milliards de dollars au Canada seulement, j’ai cherché à en savoir un peu plus.

Au Canada, les compagnies de cartes chargeraient aux commerçants environ 2% du coût de la transaction en frais de crédit, aussi appelés frais « d’interchange ». Ce pourcentage serait plus élevé lorsqu’un consommateur utilise une carte de crédit à prime ou une carte de crédit en devises étrangères qu’une carte standard. Les commerçants ne peuvent guère décider de filtrer les catégories de cartes qu’ils acceptent, ou cesser d’accepter les paiements par carte de crédit: ceux-ci représentent une proportion grandissante des achats et, pour bien des consommateurs, il s’agit d’un incontournable. Les commerçants de détail se sentent pris à la gorge et se sont donc regroupés au sein de la coalition « Cessez de nous coller des frais à payer ! » pour faire valoir leurs revendications.

Les frais d’interchange diffèrent de façon substantielle selon les pays: le National Post en présente ici quelques uns et, parmi ceux présentés, c’est le Canada qui remporte la palme. Tandis que les compagnies de cartes de crédit indiquent que les frais chargés ne sont même pas une source de profit, on peut avoir peine à les croire: à peu près toutes les transactions sont maintenant réalisées de façon électronique et une transaction de 100$ génère-t-elle vraiment des frais plus élevés qu’une autre de 20$? Lorsqu’on compare avec Interac, qui ne charge pour chaque transaction par carte de débit que des frais fixes d’une dizaine de cents, on se demande comment celui-ci pourrait alors continuer d’opérer.

D’une façon ou d’une autre, on risque de réentendre parler prochainement de ce sujet dans l’actualité: Interac aurait déposé une demande au Bureau de la concurrence pour se transformer en une entreprise à but lucratif; ce même Bureau de la concurrence investiguerait des allégations selon lesquelles les compagnies de cartes de crédit violeraient la Loi sur la concurrence en chargeant des frais trop élevés; et le Sénat et la Chambre des communes tiennent ou tiendront des enquêtes sur les systèmes de cartes de crédit et de débit au Canada, et examineront notamment la possibilité de resserrer la législation.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr The Consumerist

Categories: Analyse Tags: , ,
-->