Archive

Posts Tagged ‘Carte de crédit’

Conseils d’ingénieurs

juin 8th, 2010 Ebenezer 1 comment
3614450900_36b29cedc4_m

Un ami m’a récemment remis un document d’information du Fonds Férique, des fonds de placements réservés aux ingénieurs, ingénieurs forestiers, aux diplômés en génie, à leur famille et entreprises. Le point intéressant du document, c’est la liste des sept comportements financiers irrationnels.

Le document est disponible sur leur site web. Le comportement qui m’intéresse aujourd’hui, c’est le premier, qu’ils appellent «comptabilité mentale».

Le comportement irrationnel, c’est séparer dans des comptes distincts l’argent que vous économisez en fonction de ce à quoi il va servir.

Par exemple: j’ai un compte d’épargne général, un compte d’épargne pour l’éventuel achat d’une nouvelle voiture et finalement une hypothèque. Le taux d’intérêt sur mon épargne est plus faible que le taux d’intérêt payé sur l’hypothèque. C’est donc illogique de ne pas appliquer mes épargnes directement sur l’hypothèque.

C’est d’ailleurs le concept derrière les comptes du type de Manuvie Un.

Par contre, les faits nous démontrent que ce n’est pas tout le monde qui est parfaitement rationnel dans sa gestion des finances. Ça prend beaucoup de discipline pour ne pas toucher à nos épargnes pour s’acheter quelque chose de moyennement utile, alors qu’on économise pour quelque chose de plus important. Pour ceux qui ont de la difficulté avec cette discipline, la solution d’utiliser des comptes d’épargne séparés est la meilleure.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr MorroBayChuck
Categories: Épargne Tags: , ,

Le truc de la limite de crédit illimitée

avril 23rd, 2010 Ebenezer 4 comments
avion

Récemment, je discutais avec quelqu’un qui prévoit réaliser un voyage en Europe dans les prochaines semaines (si le volcan islandais veut bien coopérer). Elle me disait qu’elle devait téléphoner à sa banque et espérer qu’ils acceptent d’augmenter sa limite de crédit, qui était bien peu adaptée à un voyage de ce type.

Augmenter sa limite de crédit sans téléphoner

Peu de gens réalisent qu’il est très simple d’augmenter soi-même sa limite de crédit sans devoir demander la permission à personne. À tout le moins pour des besoins ponctuels de ce type, il s’agit tout simplement d’effectuer un paiement sur votre carte de crédit du montant que vous souhaitez pouvoir dépenser. En gros, vous payez d’avance votre compte.

Naturellement, vous devez avoir l’argent dans votre compte à l’avance! Mais si vous disposez d’une limite de crédit limitée sur votre carte (par choix ou parce que vous n’avez pas de revenus réguliers suffisants pour la justifier), ça peut s’avérer très pratique.

Éviter les intérêts sur les avances de fonds

L’autre utilité de ce truc, c’est d’éviter les frais d’intérêts sur les avances de fonds. Encore une fois, si vous allez en voyage à l’étranger, il est parfois plus simple de retirer de l’argent dans un guichet à l’aide d’une carte de crédit. En temps normal, cette façon de procéder vous oblige à payer des frais d’intérêts dès le moment du retrait, et ce, jusqu’au paiement complet. Si, au moment du retrait, c’est la compagnie de carte de crédit qui vous doit de l’argent et non l’inverse, vous ne serez pas sujet à des intérêts.

Naturellement, si vous prévoyez retirer 500$ en argent comptant, il ne faut pas oublier que les dépenses standard (hôtel, restaurants, etc.) viendront consommer l’argent que vous avez déposé d’avance. N’est-ce pas, cher collègue de travail?

Categories: Épargne Tags: ,

Sondage sur les modes de paiement

mars 23rd, 2010 Ebenezer 1 comment
2620808649_ebea8d9b07_m

Je parle régulièrement des modes de paiement sur jesuispauvre.com (les chèques, les cartes de crédit, le téléphone, etc.) et c’est effectivement un sujet à la fois fascinant et important dans le domaine des finances personnelles. L’Union des consommateurs est de toute évidence d’accord avec moi puisqu’elle vient de publier les résultats d’un sondage sur les modes de paiement.

Domination de la carte de crédit

On y découvre que la carte de crédit est le mode de paiement le plus populaire, assez loin devant la carte de débit et l’argent comptant (on ne s’étonnera pas que les chèques ne figurent pas parmi les options…). Le communiqué mentionne que «la carte de crédit est en train de surclasser la carte de débit», ce qui concorde avec les récentes affirmations du réseau Interac qui réclamait le droit de changer sa structure.

Je m’inquiète toutefois du fait que 20% des répondant ne paient leur solde de carte de crédit qu’occasionnellement ou moins souvent! Ces gens doivent s’appauvrir très très rapidement…

Les frais des commerçants

Le sondage s’est préoccupé (tout comme nous par le passé) des frais qui sont chargés aux commerçants lorsque nous utilisons notre carte de crédit pour payer. Premièrement, de façon assez évidente, les frais de transactions sont un facteur important ou moyennement important pour plus de 83% des répondants lorsque vient de le temps de choisir un mode de paiement.

Par contre, plus de 50% (52,1) des répondants pensent que cette situation ne concerne que le commerçant et son institution financière. Je pense que cette moitié de la population a tort! La meilleure façon de faire jouer la compétition et de garder les frais de transactions au minimum me semble de faire payer les frais par ceux qui font le choix du mode de paiement. Ainsi les différents joueurs (Interac, Visa, Mastercard et de nouveaux compétiteurs, peut-être) auront tout intérêt à rivaliser d’ingéniosité pour minimiser les frais chargés lors des transactions.

Présentement, ces même joueurs sont encouragés à augmenter les frais de transactions en nous offrant une portion de cette augmentation en récompenses qu’on pense gratuites.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr whiteafrican
Categories: Actualité Tags: ,

Interac veut changer!

février 25th, 2010 Ebenezer 1 comment
preview_cafe

Soeur économe m’a récemment fait suivre une nouvelle à propos d’Interac. Un nom que tout le monde connaît (selon Le Devoir, 60% des transactions effectuées au Canada le sont avec une carte de débit), mais qui fait très rarement les manchettes.

La compétition arrive

Interac est une organisation sans but lucratif (oui oui!) qui regroupe des institutions financières, des commerçants et d’autres compagnies connexes qui se sont associées pour offrir aux Canadiens une solution de paiement par carte de débit (leur site web se plaît à ajouter «à faible coût»… ce qui n’est peut-être pas si faux).

Pourquoi parler de faible coût quand une transaction Interac implique des frais et que l’utilisation d’une carte de crédit est gratuite? Parce que les frais de la carte de crédit sont cachés… c’est le commerçant qui doit les payer! Pour les détails, je vous réfère à l’excellent article de Soeur économe sur le sujet: Sans frais, les cartes de crédit? Ça dépend pour qui.

Bref, la compétition arrive: Visa et Mastercard souhaitent envahir le marché en offrant des cartes de débit à leur sauce, c’est-à-dire que, pour le marchand, elles sont traitées comme des cartes de crédit, mais votre marge de crédit est égale au solde de votre compte de banque et vos achats sont automatiquement déduits. Dans ce scénario, vous l’aurez deviné, ça sera encore les commerçants qui assumeront les frais… et nous les refileront à travers une hausse de prix.

De deux maux…

J’utilise depuis des années de façon quasi systématique ma carte de crédit pour mes achats courants (et je paie le solde à tous les mois!)… Mais mes convictions sont de plus en plus ébranlées: puisque de toute façon des frais de transaction seront perçus pour l’utilisation d’une carte de paiement, ne serait-il pas mieux, pour maintenir ces frais au minimum et faire agir la concurrence, que les frais en question soient exposés à la personne qui fait le choix du mode de paiement, le consommateur?

J’approche de plus en plus de la conclusion que la meilleure façon de garder ces frais au minimum est de les faire payer par le consommateur (à la méthode Interac) plutôt que par le commerçant…

Mais tout ça ne répond pas à la question de Soeur économe dans son message d’origine: en quoi le statut d’organisme sans but lucratif empêche Interac de compétitionner à armes égales avec Visa et Mastercard

Le monde du paiement par cellulaire continue d’évoluer

décembre 12th, 2009 Ebenezer Comments off
3488683970_13ef82b83a_m

Il y a déjà deux semaines, un nouveau service a été lancé pour permettre d’effectuer des paiements par téléphone cellulaire. Ceux qui lisent ce blogue depuis longtemps savent que je trouve que les méthodes de paiement actuelles sont sous-optimales et que j’ai bien hâte que le paiement par cellulaire devienne mature.

Une solution pour les marchands

Grosso modo, le nouveau produit, intitulé Square, permet à quelqu’un d’accepter un paiement par carte de crédit en utilisant son iPhone (et bientôt son Blackberry ou son Android) plutôt que la petite machine à laquelle nous sommes habitués depuis longtemps.

Il s’agit probablement d’une excellente solution pour des marchands occasionels (marchés aux puces?, artistes dans des expositions?) puisque, pour fonctionner, le marchand sinon doit acquérir un gadget pour lire la carte de crédit. Une fois celle-ci lue et le montant spécifié, le marchand tend l’iPhone à l’acheteur qui signe avec son doigt et reçoit un reçut par courriel.

Toujours esclaves des frais d’administration

L’information n’a pas encore été communiquée, mais on peut présumer que les marchands qui souhaiteront accepter des paiements par carte de crédit avec ce service devront payer les mêmes frais exorbitants que doivent payer présentement les marchands qui acceptent les cartes de crédit.

Bref, on fait du progrès, mais on n’a pas encore atteint une réelle solution qui contournerait complètement les services financiers traditionnels (banques et cartes de crédit). Je rêve toujours de payer des achats en présentant mon téléphone cellulaire pour que le montant de l’achat soit déduit du solde de mon cellulaire prépayé!

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr markhillary

Démystifier la période de grâce pour les cartes de crédit

août 31st, 2009 Ebenezer 2 comments
2666475768_7144bc9b7d_m

Vous savez tous que lorsque je parle de cartes de crédit, je donne toujours le même conseil: payez votre compte au complet à chaque mois. Par contre, qu’arrive-t-il si vous avez deux cartes de crédit, faites une erreur et (comme ça m’est déjà arrivé) vous envoyez accidentellement les deux paiements pour la même carte? L’une des deux sera impayée!

La période de grâce

Habituellement, nous n’avons pas à payer les achats que nous portons à notre carte de crédit avant l’échéance de notre compte mensuel. Il s’agit de la période de grâce. Or, dès que l’on saute un paiement complet (même si on effectue le paiement minimum), cette période de grâce disparaît!

Le résultat: à partir de ce moment, tous les achats réalisés avec votre carte de crédit accumulent des intérêts. Ce qui fait que si vous sautez un paiement, vous devrez payer des frais d’intérêts sur le solde impayé sur le compte du mois suivant. Ce qui est moins évident, c’est que vous aurez également des frais d’intérêts le mois suivant: pour les achats réalisés entre le relevé précédent et la réception du paiement complet!

Payer d’avance pour éviter ces intérêts

La meilleure méthode pour éviter de payer des intérêts pendant deux mois de suite, c’est de payer au complet votre compte immédiatement en entier (incluant les achats effectués après l’impression du relevé), afin de réactiver la période de grâce.

En fait, la vraie meilleure méthode, c’est de payer son compte en entier à chaque mois… et de ne pas faire d’erreur de débutant.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr TheTruthAbout…

Paiement minimum: ça aide ou pas?

août 1st, 2009 Ebenezer 1 comment
2530339220_465a53976f

C’est un lecteur régulier, LeCritique, qui a attiré mon attention sur cet article de The Economist qui relate l’étude d’un psychologue à propos de l’effet de l’affichage d’un paiement minimum sur les comptes de cartes de crédit.

Paiement minimum: une obligation légale

Tout d’abord, j’ai appris que le fait d’exiger un paiement minimum sur un compte de carte de crédit est en fait une obligation légale, ayant pour objectif d’aider les consommateurs à éviter d’accumuler des dettes de façon abusive. Mon expérience personnelle, c’est que le paiement minimum exigé couvre rarement les intérêts à payer sur le solde de la carte; je m’interroge donc sur l’impact de cette mesure.

Des petits nombres attirent les petits nombres

Dans l’étude mentionnée par l’article, le psychologue a découvert que lorsqu’un paiement minimum est affiché sur le compte, les sujets payaient en moyenne moins que lorsque rien n’était spécifié. Apparemment, cela s’expliquerait par un phénomène qui fait que nous sommes influencés par les nombres, même s’ils n’ont pas de lien avec l’action qu’on pose. Afficher un petit nombre comme le paiement minimum encouragerait donc le consommateur à payer moins que si on lui laissait le champ libre.

Par contre, cette étude devrait être tout simplement inutile, parce que s’il n’y a qu’un conseil à retenir dans l’utilisation des cartes de crédit (je l’ai déjà dit, mais habituez-vous, c’est tellement fondamental que je le répéterai sûrement), c’est de payer son compte en entier à la fin du mois.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr romulsnr

La valeur des ménages canadiens quartier par quartier

juillet 24th, 2009 Ebenezer Comments off
98412676_6a5ccd97b2

Le Globe and Mail a publié cette semaine un article détaillant la variation dans la valeur des ménages canadiens. L’article en soi est intéressant, mais sans plus. Ce qui rend le travail du Globe and Mail digne de mention, c’est que les auteurs ont inclus une carte détaillée et «zoomable» de huit grands centres canadiens. Malheureusement, la ville de Québec n’en fait pas partie!

La valeur nette des ménages

La valeur nette des ménages mesure tout simplement la différence entre les dettes d’une famille et l’ensemble de ses actifs. Les dettes les plus fréquentes sont les hypothèques, les prêts auto, les marges de crédit et les cartes de crédit. Du côté des actifs, on retrouve la maison, les placements (actions, obligations, fonds d’action, etc), le chalet et autres éléments de valeur. Entre 2007 et 2008 (la période couverte par l’article), les actifs des Canadiens ont diminué sur deux fronts: la valeur des maisons a baissé (surtout dans l’Ouest canadien) et le marché boursier a subi une très forte baisse.

Au Québec, comme le marché immobilier est resté essentiellement stable en 2008 (voire, il a continué d’augmenter), je présume que les zones où les pertes sont les plus grandes sont celles où les ménages détenaient un important portefeuille de placements en 2007… qui a été amputé de 20% de sa valeur en 2008, en moyenne. Ironiquement, les coins les plus riches sont donc probablement ceux qui seraient en rouge sur une telle carte!

Image disponbible sous licence CC de l’usager flickr Daquella manera

Le fédéral veut mieux encadrer les cartes de crédit

mai 17th, 2009 Ebenezer Comments off
3274955487_766014dab1_m

Nous avons déjà parlé à plusieurs reprises des cartes de crédit ici sur jesuispauvre.com. Principalement pour discuter de comment bien les utiliser (je ne le répéterai jamais assez: payez votre compte au complet à tous les mois) pour en tirer le maximum de bénéfices au moindre coût.

Le ministre des Finances à la défense des consommateurs?

La semaine dernière, le ministre des Finances au fédéral, Jim Flaherty, a fait une sortie publique à propos des conditions imposées par les émetteurs de cartes de crédit. Il en a contre les taux d’intérêt qui ne baissent pas en même temps que le taux directeur de la Banque du Canada (comme le font les taux hypothécaires ou les taux d’intérêt d’épargne) ainsi que le délai accordé pour payer sans intérêts.

Il faut placer cette intention ministérielle dans le contexte de la détérioration du marché pour les émetteurs de cartes de crédit. Aux États-Unis entre autres, le taux de défaut sur les cartes de crédit augmente et cause des pertes considérables aux émetteurs. Ceux-ci réagissent en augmentant les taux et en fermant les comptes les plus à risque.

C’est donc vraisemblablement pour éviter la répétition de ce scénario ici que le ministre a décidé d’agir.

Peu d’impact au Québec

En fait, comme le mentionnait André Pratte sur son blogue, la plupart des changements proposés auront peu d’impact au Québec, puisque la Loi sur la protection du consommateur applique déjà au Québec la plupart des condititons proposées par le ministre fédéral.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Andres Rueda

Surveillance de votre dossier de crédit

mai 6th, 2009 Ebenezer 2 comments
2607667209_9c9ed34dc4_m

J’ai déjà parlé du dossier de crédit et j’ai même constaté à quel point ça pouvait être ennuyant à lire. Par contre, les firmes comme Equifax et TransUnion aimeraient vous faire croire que c’est passionnant au point de le surveiller mensuellement… tout en vous délestant de quelques précieux dollars à leur avantage.

Crédit veille™ d’Equifax

C’est notre fidèle lecteur Luc P. Pelletier qui a attiré mon attention sur un nouveau produit d’Equifax intitulé Crédit veille. Je dois concéder avoir totalement manqué d’entrain face à cette annonce. D’abord parce que je croyais que ça existait déjà depuis un certain temps et, deuxièmement, parce qu’à 11,95$ par mois, je trouve ça plutôt dispendieux.

Voici ce qu’on vous offre pour 12$ par mois:

  • Une copie de votre dossier de crédit
  • Une surveillance continue avec «avis électroniques» (probablement des courriels) s’il y a des changements majeurs au dossier
  • Une mise à jour trimestrielle des changements à votre dossier
  • «Le soutien des spécialistes de la fraude contre les consommateurs» – ça sonne drôlement sérieux dans une publicité, mais je me demande bien ce que ça veut dire concrètement.
  • Une assurance jusqu’à 2500$ contre le vol d’identité – ça, ça m’apparaît pas mal, mais la protection est quand même plutôt faible.

La méthode manuelle est bien moins chère

Comme je l’expliquais dans mon premier article sur le sujet, il est complètement gratuit (sauf le timbre de Postes Canada) de demander votre dossier de crédit par la poste aux différentes agences. Il m’apparaît tout à fait suffisant d’effectuer une vérification annuelle par la poste pour bien moins cher que le coût mensuel proposé par la solution d’Equifax. Bien entendu, toutes les bonnes pratiques concernant la protection de votre identité et la vigilance face aux fraudes (tiens, ça mériterait un article!) s’appliquent toujours!

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Okko Pyykkö
-->