Archive

Posts Tagged ‘Budget’

La tendance se maintient: le site Wesabe ferme ses portes

août 18th, 2010 Ebenezer 1 comment
3288655440_3137465d53_m

J’ai peu parlé du site Wesabe ici, puisqu’il était surtout disponible aux États-Unis. Il s’agissait d’un site web qui permettait de suivre ses finances personnelles. Un équivalent à Quicken, en somme, mais en ligne et gratuit. Le plus connu des joueurs du secteur est Mint, qui a été acheté par Intuit (Quicken) l’année dernière.

Tout indique que je ne parlerai pas beaucoup plus de Wesabe, puisque ce site a maintenant fermé ses portes. Si on met bout à bout la mort de Microsoft Money, l’achat de Mint par Intuit et les efforts des banques pour nous offrir des rapports sur nos dépenses (Banque Royale, CIBC), on arrive facilement à la conclusion que le marché des solutions de finances personnelles n’est pas promis à un grand avenir.

Une bonne nouvelle?

Le fait que ces services soient de plus en plus offerts par les institutions financières gratuitement est positif, parce que les outils seront ainsi plus accessibles et plus simples d’utilisation (plus besoin de retranscrire nos dépenses dans Quicken, par exemple). Là où je m’inquiète, c’est que ça rendra plus complexe encore pour le consommateur de faire appel à plus d’une institution financière à la fois: il sera impossible d’avoir une vue d’ensemble de ses finances.

Êtes-vous prêts à vous connecter sur AccèsD et y voir un avertissement: «Vous dépensez trop au restaurant»?

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr checoo
Categories: Logiciels Tags: ,

La Banque Royale veut vous aider à gérer vos dépenses

juillet 4th, 2010 Ebenezer 2 comments

rbc_royalbank_frDéjà en décembre 2008, je vous avais parlé du service IntelliCrédit de la CIBC: un rapport annuel et un site web qui vous donnent un résumé de vos dépenses par catégorie. Un peu comme avoir un Quicken bâti automatiquement. L’ennui d’IntelliCrédit, c’est que ce n’est offert que pour les transactions réalisées avec votre carte de crédit.

maGestionFinancière de la Banque Royale

À la fin de mai, la Banque Royale a lancé un service similaire. Mais cette fois, le service est relié à l’ensemble de vos comptes avec eux: compte d’opérations, cartes de crédit, etc. On vous offre donc des rapports sur l’ensemble de vos dépenses et revenus (dans la mesure où vous faites affaire exclusivement avec la Banque Royale) et les transactions sont catégorisées. Comme dans Quicken, mais automatiquement!

Gestion budgétaire

En plus, le service vous offre la possibilité d’établir des limites pour les différentes catégories de dépenses (un budget, quoi) avec un système d’alerte si vous dépassez la limite que vous vous êtes donnée. Cette fois-ci, c’est encore mieux que Quicken, qui n’offre pas vraiment de telles fonctionnalités.

Est-ce que ça veut dire que je vais cesser d’utiliser mon ami Quicken et transférer mes finances à la Banque Royale? Non, pas encore. Premièrement, je suis inconfortable avec l’idée d’être dépendant de mon institution financière pour obtenir des rapports sur mes finances. Deuxièmement, tout indique que la compétition fera son oeuvre et que mon institution financière suivra le bal initié par la CIBC et offrira le même genre de produit avant longtemps.

L’avenir ne semble pas rose pour les éditeurs de logiciels de finances personnelles…

Categories: Logiciels Tags: , ,

Un budget acclamé

avril 1st, 2010 Ebenezer 3 comments
4464441458_732a6c93d3_m

Le budget du gouvernement provincial présenté cette semaine a été accueilli par un torrent de louanges. Le gouvernement a enfin décidé d’adopter une stratégie gagnante qui fera certainement des petits à Ottawa l’an prochain: augmenter les taxes et diminuer les services des Autres.

Les syndicats jubilent

Grâce aux hausses de taxes imposées aux Autres, le gouvernement a pu trouver la marge de manœuvre nécessaire pour accéder à toutes les demandes syndicales. Les grands leaders syndicaux se sont dit ravis que leurs recommandations aient été suivies à la lettre! Une porte-parole de la FTQ aurait même déclaré:

J’ai hâte de rencontrer le ministre Bachand en personne pour lui en mettre une [grosse bise, vraisemblablement] en pleine face.

Le Conseil du patronat salue la prudence du budget

Les représentants des patrons d’entreprises étaient également satisfaits du budget proposé. Les compressions annoncées dans les services offerts aux Autres permettront au gouvernement de continuer à financer les subventions à l’innovation essentielles au développement économique du Québec.

Un vox pop rapide dans les rues nous a permis, de la même façon, de constater que les réactions étaient toutes positives. Un inconnu a résumé le tout de cette façon:

Les impôts ne cessent d’augmenter depuis 50 ans et on n’est jamais capables d’avoir des services. Il était temps que les autres payent pour mes services!

Un appel logé à l’association des Autres du Québec n’a, étrangement, pas été retourné, bien qu’ils représentent plus de 7 millions de personnes au Québec…

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr gcfairch
Categories: Opinion Tags: ,

Le jeu du budget L’actualité.com

mars 13th, 2010 Ebenezer Comments off
2955128212_5099e28dac_m

Soeur Économe a attiré mon attention sur une section amusante du site de L’actualité: le jeu du budget. Le concept est simple: vous êtes le ministre des Finances du Québec et vous devez prendre des décisions pour équilibrer le budget de la province.

Amusant, mais crédible?

Les options sont classées dans six catégories: trois de compressions des dépenses et trois d’augmentations des revenus. En essayant quelques combinaisons, on réalise rapidement qu’il est plus facile de réduire le déficit via une augmentation des revenus que par une diminution des dépenses.

En effet, si on regarde la somme des options possibles du côté des réduction de dépenses, on arrive à 2,7 milliards (le déficit actuel est à 4,7 milliards), tandis que si on aditionne toutes les options d’augmentation des revenus, on arrive à 9,5 milliards.

Par contre, je me questionne sur certains points… On présente le Fonds des générations comme une dépense, alors que ce n’en est pas réellement une. Il s’agit plutôt d’une augmentation de la dette aujourd’hui pour la rembourser plus tard. De plus, certaines options semblent avoir été peu fouillées: une des options présentées s’intitule «Investir dans la lutte contre les paradis fiscaux et l’évasion fiscale» et permettrait d’augmenter les revenus du gouvernement de 1,8 milliard… selon la CSN!

Une belle illustration de la complexité du débat

Cela dit, les failles du «jeu» permettent au moins d’illustrer que le travail du ministre des Finances n’est pas simple et que ceux qui ont à prendre des décisions sur le budget n’ont probablement pas toute l’information objective nécessaire pour faire les choix les plus éclairés…

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Matt From London

Categories: Actualité Tags: ,

Du débat budgétaire et des revenus

février 20th, 2010 Ebenezer 7 comments
3117592302_f303c3528a_m

Avec la présentation des budgets, tant au provincial qu’au fédéral,qui arrivent à grands pas, on entend de plus en plus souvent parler les ministres des Finances de compression des dépenses. Celles-ci visent à réduire les déficits budgétaires assez gargantuesques merci auxquels on fait face.

Notre ami le directeur parlementaire du budget

J’ai déjà parlé dans le passé du directeur parlementaire du budget. Il s’agit d’une personne (il a une organisation derrière lui, bien entendu) engagée par la Chambre des communes pour analyser la situation financière du gouvernement fédéral. Il publie régulièrement des rapports objectifs sur celle-ci et, je vous l’affirme, il serait bien imprudent d’avoir une opinion arrêtée sur les finances publiques canadiennes en n’écoutant que les médias ou, pire encore, le gouvernement.

Le directeur parlementaire du budget établit entre autres une différence entre le déficit conjoncturel (lié à la situation économique actuelle, période de croissance ou récession) et le déficit structurel (celui relié au fonctionnement normal, en dehors des variations économiques). Un déficit conjoncturel, c’est normal, parce que c’est temporaire par nature. Un déficit structurel, c’est plus inquiétant.

Deux façons de réduire un déficit budgétaire

Puisque vous êtes des lecteurs assidus (n’est-ce pas?) de ce blogue, vous êtes de toute évidence très habiles avec les questions financières de base. Vous savez donc qu’il y a deux moyen de réduire un déficit: augmenter le revenu ou bien réduire les dépenses.

Ce qui m’ennuie dans le discours des ministres des Finances et dans la couverture médiatique, c’est qu’on ne parle que de diminution des dépenses et pas du tout d’augmentation des revenus. D’accord, c’est peu populaire de proposer d’augmenter les taxes, mais il me semble inapproprié de ne pas en discuter.

D’autant plus qu’au niveau fédéral, deux récents rapports du directeur parlementaire du budget laissent croire que le déficit du gouvernement est lié non pas tant à la hausse des dépenses qu’à la baisse des revenus. Voici quelques extraits:

Cela donne à penser que la détérioration du solde structurel par rapport au revenu potentiel est largement attribuable à la baisse des revenus.

(Estimation du PIB potentiel et du solde budgétaire structurel du gouvernement – Janvier 2010. Page 16)

… on peut constater que les recettes demeurent constantes à peine en deçà de 15 pour cent du PIB, comparativement à la moyenne historique à long terme de près de 17 pour cent du PIB.

(Rapport sur la viabilité financière – Février 2010. Page 16)

Je ne suis pas pour l’augmentation des taxes et impôts (en fait, je n’ai pas encore d’opinion sur le sujet), mais je sens que le débat n’est pas complet lorsqu’on occulte l’impact financier des généreuses baisses de taxes et impôts des dernières années.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr House of Sims
Categories: Actualité Tags: , , ,

7$ et plus

février 8th, 2010 Soeur économe 1 comment
42172925_00b40375c9

Quelqu’un me demandait récemment si, «avec l’impôt et tout ça», le coût de fréquentation d’une garderie non subventionnée par un enfant pouvait revenir au même coût qu’une garderie à 7$. Personnellement ou collectivement, c’est possible mais pas nécessairement.

J’avais déjà donné un aperçu de la situation des garderies québécoises à contribution réduite (à 7$) et de ma perception des raisons pour lesquelles il n’est pas si simple d’y avoir une place pour son enfant. Lorsqu’on n’y a pas accès et qu’on se tourne vers les garderies non subventionnées (dont les tarifs sont établis par chaque responsable et varient généralement entre 20 et 40$ par jour selon les particularités du service ou la rareté dans le secteur), et on peut bénéficier d’un crédit d’impôt remboursable au provincial ainsi que d’une déduction pour frais de garde au fédéral.

Coût pour les parents

Le salaire des parents, leur situation (couple ou monoparental) et le coût journalier de la garderie sont alors les facteurs qui déterminent si le coût net de la garderie non subventionnée représentera un montant équivalent ou plus élevé pour le parent que celle à 7$.

Le taux du crédit d’impôt provincial applicable aux frais chargés aux parents dont l’enfant fréquente un service de garde non subventionné diminue avec l’augmentation du revenu familial. De 75% pour un revenu familial de 30 000$, à 60% si on gagne entre 60 000 et 85 000$, puis à 57% jusqu’à 125 000$ et en allant décroissant ensuite. Logique ? En apparence oui, sauf que le revenu familial n’est pas un critère de priorisation dans l’octroi des places à 7$ et qu’une fois dans ce système, tous les parents paient le même tarif.

Par ailleurs, le gouvernement a grandement publicisé, à la suite de son budget 2009-2010, qu’avec la bonification du crédit d’impôt, le coût net du service de garde non subventionné et du service de garde à 7$ devenaient équivalents pour les parents gagnant jusqu’à 125 000$… en utilisant comme base de comparaison un tarif journalier de 25$. Pour un tarif plus élevé, le seuil de revenu maximal où les deux modes de garde s’équivalent est évidemment beaucoup plus bas. Or, 25$ reste peut-être la norme dans certaines régions, mais là où la demande est importante, ce n’est probablement plus très représentatif des tarifs chargés.

Le remboursement anticipé du crédit d’impôt pour frais de garde instauré en 2005 par le gouvernement provincial allège certainement la situation financière des parents au jour le jour. Ceux-ci devraient autrement défrayer entre 6000$ et 10 000$ sur une année et ne se faire rembourser la partie correspondant au crédit d’impôt que l’année suivante. Par ailleurs, je ne sais pas si beaucoup de gens s’en prévalent, mais le gouvernement fédéral offre aussi de tenir compte des frais de garde encourus dans l’ajustement des retenues à la source. Malgré ces mesures, certains parents dont les revenus sont peu élevés peuvent difficilement assumer l’ensemble des frais pour les quelques mois avant le premier remboursement anticipé du provincial.

Coût pour le gouvernement

Un centre de la petite enfance et une garderie en installation qui sont accrédités par le gouvernement voient celui-ci leur remettre respectivement 40$ et 33$ par jour par place (et le parent complète avec son 7$). Pour une garderie en milieu familial accréditée, c’est 18$. Dans ce contexte, pour bon nombre d’hypothèses de calcul, on peut constater que la garderie non subventionnée représente un coût moindre pour le gouvernement (donc pour les contribuables) que le programme à 7$. Particulièrement pour les garderies en installation, où il faudrait que les parents paient autour de 50$ par jour pour l’atteindre. Au niveau du milieu familial, on atteint 18$ et plus de remboursement avec un taux de 60% seulement à partir d’un tarif de 30$.

Faire ses calculs

Pour faire vos propres calculs, le ministère des Finances offre un calculateur vous permettant d’entrer des données correspondant à votre situation… mais dans lequel on ne peut pas entrer un tarif journalier de plus de 35$. Pour les demandes de remboursement anticipé, c’est du côté du ministère du Revenu qu’il faut aller chercher le formulaire.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr TedsBlog

Categories: Analyse Tags: , ,

Mon cher enfant

janvier 6th, 2010 Soeur économe Comments off
167558529_68ddde566c

Depuis près de deux ans maintenant, j’ai régulièrement cette question: «Et puis, un bébé, trouves-tu que ça coûte cher ?» J’esquisse généralement une moue dubitative et j’indique que mon impression générale est que non, ça ne coûte nécessairement si cher. Sauf que je n’avais jamais véritablement cherché à quantifier le tout.

Il y a un peu partout ces fameux chiffres qui datent d’on ne sait quand et qui comprennent on ne sait quoi et qui disent grosso modo qu’un enfant, de la naissance à 18 ans, ça coûte 180 000$. Selon d’autres sources, ça accapare 20% du revenu des parents. Ce que je crois, c’est que ça varie de façon importante notamment selon la nécessité qu’on peut se créer de devoir se procurer une montagne de gadgets, de tout acheter neuf, ou au contraire de vouloir minimiser l’empreinte écologique de son enfant.

Les achats de départ

Qu’on veuille faire simple ou compliqué, on peut identifier en vue de la naissance un mobilier de base dont la plupart des parents ne se passent pas et d’autres morceaux dont l’utilité réelle est plus limitée. Si siège d’auto, poussette, couchette, commode et chaise haute peuvent être identifiés comme des incontournables dès la première année (pas nécessairement neufs), je considère que la table à langer, la balançoire, le parc et les moniteurs sont des morceaux utiles mais non essentiels. Quant au moïse, au tapis d’éveil, au petit bain et à l’ensemble de literie-assortie-et-tous-ses-accessoires, ils ne méritent pas d’être achetés à fort prix; s’ils sont prêtés, donnés ou achetés à petit prix ça laisse moins une impression d’argent gaspillé. Je place à part le porte-bébé, le coussin d’allaitement, le tire-lait, le chauffe-biberon et la chaise berçante, qui peuvent devenir des incontournables mais gagnent à attendre qu’on ait vu aller les choses un peu avant d’être achetés.

Combien peut-on dépenser dans cette catégorie? Une famille qui se ferait tout prêter ou donner ne dépenserait à peu près rien. Acheter les articles essentiels, accessoires et les incontournables potentiels dans le neuf représente entre 1500$ et 3700$ environ, et plus vraisemblablement quelque part autour de 2500$. Dans une formule hybride de neuf et d’usagé (car on peut raisonnablement hésiter à acheter un siège d’auto ou un tire-lait usagé par exemple), on peut s’en tirer pour 1000$.

Les achats récurrents

Une fois le bébé arrivé, certaines décisions peuvent influencer de façon importante les achats réguliers qui lui seront associés dans les premières années. Couches jetables ou lavables ? Selon le cas, on débourse une fois 500$ ou alors on en jette pour 50 à 60$ par mois pendant au minimum deux ans. Le même principe s’applique aux lingettes. Allaitement ou lait maternisé ? Aucun coût direct dans un cas, sinon le lait maternisé de base pourrait coûter environ 100$ par mois durant les premiers 9 à 12 mois. En matière de linge, la première année verra passer minimalement quatre grandeurs de pyjamas et autres habits, mais quelques trucs permettent de réduire de beaucoup les dépenses à cet égard, et s’appliquent aussi en grande partie aux jouets. Enfin, à l’épicerie, je calcule que la dépense supplémentaire associée aux premières années d’un enfant se situe principalement entre 6 et 12 mois, la période des céréales pour bébés et des purées, après quoi son alimentation devient similaire à celle de ses parents et n’augmente que faiblement les quantités totales achetées. J’estime que cette catégorie peut générer un coût total variant entre 1000$ et 5000$ pour les deux premières années, selon les choix ou circonstances.

Coûts associés

Une diminution des revenus durant la période des congés de maternité, paternité et congé parental est à prévoir, compte tenu que le programme québécois de base couvre 70% du revenu antérieur jusqu’à concurrence de 62 500$, et le congé parental, une courte période à 70% et le reste à 55% (plus de détails ici). Les programmes d’allocations (Soutien aux enfants au provincial, Prestation fiscale canadienne pour enfants et Prestation universelle pour la garde d’enfants au fédéral) en réduiront un peu l’écart, mais faiblement à moins d’un revenu antérieur plutôt bas. Par exemple, pour des parents dont le revenu approcherait le maximum couvert, ça donnerait une réduction du salaire brut d’environ 13 000$, et des allocations avoisinant 2300$.

Par ailleurs, si l’arrivée d’un enfant engendre les dépenses précédemment mentionnées, on peut s’attendre en contrepartie à une diminution de certaines autres dépenses au budget familial, dont les sorties. Quant à la garderie, s’il y a lieu, une place à 7$ par jour ne représente qu’un faible pourcentage du revenu, mais dans la perspective où ces places sont peu disponibles, une dépense de 25 à 35$ par jour pour une garderie non subventionnée peut davantage affecter un budget, même si elle est temporaire puisque la différence sera en bonne partie retournée aux parents lors du rapport d’impôt.

Alors, ça coûte cher ?

Beaucoup de choix influenceront les dépenses que peuvent engendrer l’arrivée d’un enfant, mais dans bien des cas, la diminution de revenu associée aux congés de maternité, paternité et parental est probablement le «coût» (ou l’investissement) principal des premières années. Quant aux fameux 180 000$, dans 16 ans j’aurai le verdict :)

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr M.ADA

Categories: Analyse Tags: , , ,

M. Flaherty, le Canada n’a pas besoin d’un deuxième plan d’action

décembre 14th, 2009 Ebenezer Comments off
145517799_d7abf3453e_m

La semaine dernière, le ministre fédéral des Finances a lancé des consultations pour le budget 2010 dans le contexte de la deuxième phase du Plan d’action économique du Canada. Puisque le Canada est récemment sorti de la récession, je pense qu’il n’est pas nécessaire de stimuler plus l’économie.

Le temps est venu d’augmenter les taux

J’ai mentionné ici à quelques reprises que je crois qu’il y a une bulle immobilière au Québec, au moins, sinon au Canada. Malgré l‘opinion contradictoire de certains. De plus, cette semaine également, la Banque du Canada a estimé dans un nouveau rapport que l’endettement croissant des Canadiens constitue un important risque financier pour l’économie du pays.

Bref, la situation économique canadienne commence de plus en plus à ressembler à celle des États-Unis il y a quelques années. Avant la Grande Récession. Dites-moi que le gouvernement canadien et la Banque du Canada ont appris des erreurs de nos voisins américains!

Le gouvernement fédéral veut votre opinion

Tout comme le gouvernement provincial, le gouvernement fédéral fait un appel à la population en général via ce site web. Malheureusement, la version fédérale souffre des mêmes défauts que le premier essai provincial, en février dernier: questions orientées et clairement partisanes. De plus, il s’agit uniquement de questions ouvertes… Si cette consultation est populaire, il sera impossible pour le ministère des Finances de tirer quoi que ce soit d’utile à partir de réponses ouvertes.

Bref, j’ai hâte à l’année prochaine, parce que cette année, ça ne vaut pas très cher comme essai…

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr M_Eriksson
Categories: Actualité Tags: , ,

Consultations prébudgétaires 2010-2011

novembre 27th, 2009 Ebenezer Comments off
img-finances

En février dernier, le gouvernement avait lancé des consultations prébudgétaires sur le Web. L’initiative avait reçu un accueil mitigé, certains prétendant que les choix de réponses étaient dirigés, alors que d’autres (dont jesuispauvre.com) accueillaient favorablement l’ouverture du gouvernement.

Une amélioration

La mouture 2009-2010, comme toute bonne première version, n’était pas parfaite. La deuxième version s’est clairement améliorée, tant au point de vue du contenu que de l’utilisation: les réponses possibles couvrent un plus large éventail d’opinions, les mises en contexte précédant les questions me semblaient balancées, ce qui m’a étonné!

Du côté de l’utilisation, je salue l’initiative d’offrir les résultats des 50 derniers répondants en conclusion. C’est intéressant (mais malheureusement prévisible) de voir ce que les autres ont répondu. Dans mon cas, j’ai pu observer ce qui suit:

  • La répartition est à peu près égale des trois côtés concernant l’avenir de l’économmie québécoise: amélioration, détérioration ou stabilité;
  • Les deux éléments les plus importants sont reliés à la santé, les deux points jugés les moins importants ont trait à la métropole et à l’industrie culturelle;
  • Seulement 12% des répondants pensent qu’on devrait envisager une augmentation des revenus du gouvernement, alors que 45% pensent qu’on doit diminuer les dépenses et 42% optent plutôt pour un mélange des deux;
  • Du côté des méthodes pour augmenter les revenus, l’augmentation des tarifs est la plus populaire tandis que l’augmentation des impôts est la moins populaire.

Bref, je vous suggère fortement d’aller donner votre opinion! Et laissez-nous savoir dans les commentaires si les résultats que vous observez diffèrent significativement de ceux qui m’ont été présentés.

Categories: Actualité Tags: , ,

Comment bien utiliser ING

mai 1st, 2009 Roger Tremblay Comments off
2660575811_f6782df7be_m

Nous vous avons déjà vanté les avantages des comptes à intérêts élevés comme celui d’ING. Mais la flexibilité de votre compte ING vous permet aussi de mettre en œuvre une façon différente d’épargner pour vos projets que nous appellerons, pour les besoins de la cause, l’épargne ciblée.

Une fois que votre compte principal est créé, vous pouvez ajouter de nouveaux comptes à votre guise. Par exemple, en plus de mon compte initial, j’ai un compte appelé Bébé 1 et un autre appelé Bébé 2 dans lesquels je transfère les cadeaux reçus par mes filles. Quand elles auront l’âge de la responsabilité financière (cet âge reste à déterminer, dans mon cas ça a été 29 ans), elles auront la joie de voir que tout cet argent aura fructifié.

Mais le plus intéressant est que vous pouvez faire transférer de l’argent automatiquement dans n’importe quel compte que vous créez. Par exemple, vous pouvez transférer 20$ par semaine dans un compte nommé « Vacances ». Votre fonds de vacances sera ainsi amassé sans que vous ayiez à lever le petit doigt.

Et n’oublions pas que ce fonds générera même de jolis intérêts et qu’il sera libre d’impôt si vous créez le compte dans le cadre de votre CÉLI. En utilisant cette méthode, il devient plus facile d’accumuler de l’argent pour les dépenses qui viennent : vacances, nouveaux pneus, nouveau matelas, rentrée scolaire, etc.

À vos comptes ING!

Categories: Épargne Tags: , ,
-->