Archive

Author Archive

Le problème de la dette des pays

août 26th, 2010 Ebenezer Comments off
3823880416_d07d5e0c25_m

Plus tôt cet été, les problèmes financiers de la Grèce ont été abondamment discutés dans les médias. La grande question étant: est-ce que la Grèce aura la capacité de rembourser sa dette, ou bien devra-t-elle faire l’équivalent de déclarer faillite?

Un pays, ça peut faire faillite?

Évidemment, il n’y a pas de loi internationale des faillites qui protège les états souverains contre leurs créanciers. Par contre, il est déjà arrivé à plusieurs reprises que des pays décident unilatéralement de ne pas rembourser leur dette, généralement en partie.

Au Canada, ça serait un peu comme si vous aviez acquis 1000$ d’obligations d’épargne du Canada et qu’un bon matin, le gouvernement vous annonce qu’au lieu de vous rembourser 1000$, il vous redonnera 600$, plutôt.

Ne pas payer ses dettes, ça arrive souvent?

Pas trop souvent, mais plus qu’on ne peut l’imaginer. Depuis 1974, c’est arrivé 122 fois qu’un pays n’a pas rempli toutes ses obligations sur des dettes qu’il avait contractées. La plupart du temps, il s’agit de pays en développement, et certains pays sont revenus sur la liste plus d’une fois.

Tout ça est évidemment fascinant et, si vous êtes de mon avis, je vous pointe vers une série d’articles de l’excellent blogue (en anglais) CalculatedRisk sur le sujet. Vous y trouverez tous les détails: quels sont les pays les plus endettés (le Japon est 1er, le Canada est 8e), quels sont les pays qui n’ont pas remboursé leurs dettes dans le passé, quel est le lien entre la santé des banque et les finances nationales, etc.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr robertstinnett
Categories: Actualité Tags: ,

La tendance se maintient: le site Wesabe ferme ses portes

août 18th, 2010 Ebenezer 1 comment
3288655440_3137465d53_m

J’ai peu parlé du site Wesabe ici, puisqu’il était surtout disponible aux États-Unis. Il s’agissait d’un site web qui permettait de suivre ses finances personnelles. Un équivalent à Quicken, en somme, mais en ligne et gratuit. Le plus connu des joueurs du secteur est Mint, qui a été acheté par Intuit (Quicken) l’année dernière.

Tout indique que je ne parlerai pas beaucoup plus de Wesabe, puisque ce site a maintenant fermé ses portes. Si on met bout à bout la mort de Microsoft Money, l’achat de Mint par Intuit et les efforts des banques pour nous offrir des rapports sur nos dépenses (Banque Royale, CIBC), on arrive facilement à la conclusion que le marché des solutions de finances personnelles n’est pas promis à un grand avenir.

Une bonne nouvelle?

Le fait que ces services soient de plus en plus offerts par les institutions financières gratuitement est positif, parce que les outils seront ainsi plus accessibles et plus simples d’utilisation (plus besoin de retranscrire nos dépenses dans Quicken, par exemple). Là où je m’inquiète, c’est que ça rendra plus complexe encore pour le consommateur de faire appel à plus d’une institution financière à la fois: il sera impossible d’avoir une vue d’ensemble de ses finances.

Êtes-vous prêts à vous connecter sur AccèsD et y voir un avertissement: «Vous dépensez trop au restaurant»?

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr checoo
Categories: Logiciels Tags: ,

La loi 60 et les cartes prépayées

août 12th, 2010 Ebenezer 4 comments
161174515_00438f6fb1_m

Depuis la présentation du projet de loi 60, puis son adoption par l’Assemblée nationale, j’avais hâte de savoir comment seraient traitées les cartes prépayées pour les téléphones cellulaires dans cette «rénovation» de la Loi sur la protection du consommateur.

En effet, le projet de loi prévoyait l’abolition des dates d’expiration sur les cartes prépayées, entre autres. (Pour les autres changements, je vous réfère à l’article original.)

Exception pour la téléphonie mobile

En décembre dernier, j’avais contacté un porte-parole de l’Office de protection du consommateur, et on m’avait répondu qu’à moins d’une exception, il n’y aurait plus de date d’expiration. J’ai recontacté le même porte-parole récemment et, dans sa réponse, il m’a pointé cette page de leur site.

Comme nous l’avait déjà indiqué le fidèle lecteur Nicolas en commentaire de l’article original, l’Office y indique clairement que les services de téléphonie mobile sont dans une catégorie à part et qu’une exception existe bel et bien. Donc pas de changement majeur de ce côté. Je suis un peu déçu, mais pas forcément surpris.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Andy Butkaj
Categories: Actualité Tags: ,

La Banque Royale veut vous aider à gérer vos dépenses

juillet 4th, 2010 Ebenezer 2 comments

rbc_royalbank_frDéjà en décembre 2008, je vous avais parlé du service IntelliCrédit de la CIBC: un rapport annuel et un site web qui vous donnent un résumé de vos dépenses par catégorie. Un peu comme avoir un Quicken bâti automatiquement. L’ennui d’IntelliCrédit, c’est que ce n’est offert que pour les transactions réalisées avec votre carte de crédit.

maGestionFinancière de la Banque Royale

À la fin de mai, la Banque Royale a lancé un service similaire. Mais cette fois, le service est relié à l’ensemble de vos comptes avec eux: compte d’opérations, cartes de crédit, etc. On vous offre donc des rapports sur l’ensemble de vos dépenses et revenus (dans la mesure où vous faites affaire exclusivement avec la Banque Royale) et les transactions sont catégorisées. Comme dans Quicken, mais automatiquement!

Gestion budgétaire

En plus, le service vous offre la possibilité d’établir des limites pour les différentes catégories de dépenses (un budget, quoi) avec un système d’alerte si vous dépassez la limite que vous vous êtes donnée. Cette fois-ci, c’est encore mieux que Quicken, qui n’offre pas vraiment de telles fonctionnalités.

Est-ce que ça veut dire que je vais cesser d’utiliser mon ami Quicken et transférer mes finances à la Banque Royale? Non, pas encore. Premièrement, je suis inconfortable avec l’idée d’être dépendant de mon institution financière pour obtenir des rapports sur mes finances. Deuxièmement, tout indique que la compétition fera son oeuvre et que mon institution financière suivra le bal initié par la CIBC et offrira le même genre de produit avant longtemps.

L’avenir ne semble pas rose pour les éditeurs de logiciels de finances personnelles…

Categories: Logiciels Tags: , ,

États-Unis: aide financière aux banques camouflée?

juin 12th, 2010 Ebenezer 1 comment
2229523290_67bc8f55db_m

Comme vous le savez, le gouvernement américain a dû intervenir de façon massive en 2008 et 2009 pour aider le secteur bancaire qui était au bord du gouffre. Heureusement pour lui, le coût de ce programme a été fortement réévalué à la baisse.

On pourrait donc se dire que, finalement, peu d’argent public a été utilisé pour aider les banques à payer des bonus généreux à leurs employés. Or, d’autres programmes du gouvernement, dont le coût s’élève à plusieurs dizaines de milliards, semblent passer sans vagues parce que l’aide aux banques n’est qu’indirecte.

Maintenir la valeur des maisons

Les problèmes financiers des banques sont causés par les pertes sur les prêts hypothécaires (tant résidentiels que commerciaux)… Donc plus la valeur des propriétés baisse, plus les pertes sont grandes. En maintenant la valeur des maisons, le gouvernement aide les banques à réduire leurs pertes.

Deux programmes contestés

Le premier programme, décrié à peu près unanimement par les économistes, est le First Time Home Buyer Tax Credit, ou crédit d’impôt pour premiers acheteurs. Il accorde un crédit d’impôt de 8000$ (c’est pas rien!) à chaque acheteur de maison qui n’en a pas possédé depuis trois ans. Selon certaines études, pas plus de 25% des acheteurs se qualifiant pour ce crédit d’impôt n’auraient pas acheté sans le programme.

Le deuxième programme est la garantie de prêts hypothécaires: via la Federal Housing Administration (FHA), ce qui se rapproche le plus du côté américain de la SCHL au Canada, le gouvernement américain garantit des prêts hypothécaires consentis par les banques américaines. Les pertes de cet organisme se comptent en milliards.

Bref, plus ça va, plus j’arrive à la conclusion que ces programmes, que les économistes qualifient d’inefficaces, sont en fait une façon moins impopulaire d’aider les banques. Après tout, qui est contre les subventions à l’achat d’une maison?

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr _G2

Conseils d’ingénieurs

juin 8th, 2010 Ebenezer 1 comment
3614450900_36b29cedc4_m

Un ami m’a récemment remis un document d’information du Fonds Férique, des fonds de placements réservés aux ingénieurs, ingénieurs forestiers, aux diplômés en génie, à leur famille et entreprises. Le point intéressant du document, c’est la liste des sept comportements financiers irrationnels.

Le document est disponible sur leur site web. Le comportement qui m’intéresse aujourd’hui, c’est le premier, qu’ils appellent «comptabilité mentale».

Le comportement irrationnel, c’est séparer dans des comptes distincts l’argent que vous économisez en fonction de ce à quoi il va servir.

Par exemple: j’ai un compte d’épargne général, un compte d’épargne pour l’éventuel achat d’une nouvelle voiture et finalement une hypothèque. Le taux d’intérêt sur mon épargne est plus faible que le taux d’intérêt payé sur l’hypothèque. C’est donc illogique de ne pas appliquer mes épargnes directement sur l’hypothèque.

C’est d’ailleurs le concept derrière les comptes du type de Manuvie Un.

Par contre, les faits nous démontrent que ce n’est pas tout le monde qui est parfaitement rationnel dans sa gestion des finances. Ça prend beaucoup de discipline pour ne pas toucher à nos épargnes pour s’acheter quelque chose de moyennement utile, alors qu’on économise pour quelque chose de plus important. Pour ceux qui ont de la difficulté avec cette discipline, la solution d’utiliser des comptes d’épargne séparés est la meilleure.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr MorroBayChuck
Categories: Épargne Tags: , ,

Goldman Sachs: parier contre sa propre équipe

mai 15th, 2010 Ebenezer Comments off
3900314077_8261e85c31_m

Je sais, je suis un peu en retard dans les nouvelles. Mais l’histoire a reçu relativement peu de couverture ici au Québec et l’explication n’est pas toujours claire (ça ne veut pas dire que je réussirai à l’être plus… simplement que j’essaie!).

Les joueurs

D’abord, le joueur principal: Goldman Sachs. La plus grande banque d’affaires aux États-Unis et l’institution financière qui s’est, de loin, la mieux tirée d’affaire pendant la crise. Elle a vendu des produits financiers dont le rendement était basé sur des hypothèques de mauvaise qualité. Ensuite, il y a une firme de capital de risque du nom de Paulson & Co. Celle-ci a conseillé Goldman Sachs sur la sélection des hypothèques à utiliser pour «maximiser» le rendement des produits financiers.

Parier contre son équipe

Le problème: Paulson & Co. qui, on se le rappelle, a aidé à choisir quelles hypothèques à risque seraient incluses dans le produit que Goldman Sachs offrirait à ses clients, choisissait plutôt de son côté de vendre à découvert ces mêmes titres. C’est un peu comme si votre conseiller financier détenait des actions d’une compagnie qu’il pense en difficulté financière. Il vous appelle donc en vous suggérant d’en acheter en laissant entendre qu’il trouve que c’est un bon choix: il en a dans son propre portefeuille. Vous acceptez et procédez à l’achat des actions sur le marché. Simultanément, votre conseiller vend ses actions au prix actuel. Le mois suivant, la faillite est annoncée et vous vous retrouvez avec rien du tout. (Je simplifie un peu…)

Ou, puisque j’écris ces lignes au moment où le Canadien joue son sixième match, c’est un peu comme si Jacques Martin pariait sur la défaite de son équipe… et choisissait d’envoyer Carey Price garder le filet. Voilà, c’est la première fois que je parle de hockey sur jesuispauvre.com et je n’entends pas récidiver de sitôt!

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Kaloozer (C’est Pete Rose, qui s’était fait prendre dans des histoires de paris alors qu’il était gérant des Reds de Cincinnati)
Categories: Actualité Tags: , , ,

Le vérificateur général et les commissions scolaires

mai 13th, 2010 Ebenezer 1 comment
485450123_5ef042ed85_m

Suis-je le seul, en entendant la couverture médiatique du rapport du vérificateur général du Québec sur les économies possibles dans les commissions scolaires, à m’être passé la réflexion que c’est un peu comme dire à un propriétaire de Toyota Prius qu’il pourrait économiser de l’essence en prenant l’autobus (ou le vélo)?

Je suis sûr que c’est techniquement exact. Mais c’est difficile de croire qu’il n’y a pas quelques Ford F-150 sur la route à côté de la Prius…

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr greekgeek
Categories: Actualité Tags:

293e article sur jesuispauvre.com

mai 12th, 2010 Ebenezer Comments off
3208557716_b4e3f2658b_m

Il y a un peu plus de six mois que je n’ai pas écrit d’article sur l’état de jesuispauvre.com. La dernière fois, c’était pour annoncer le premier anniversaire d’existence du blogue.

De l’évolution…

Au départ, jesuispauvre.com était un projet commun avec deux autres collègues de travail. L’objectif était d’apprendre et de partager nos apprentissages sur les finances personnelles en les publiant sur un blogue. Malheureusement, au bout de quelques mois, la vie familiale a eu raison de la présence de Picsou et Roger Tremblay sur ce blogue. Heureusement, Soeur économe s’est jointe à l’équipe en nous entretenant régulièrement des moyens d’être économes et respectueux de l’environnement. Nous avons également eu la chance d’avoir quelques articles de Sourire.

De la régularité…

Depuis le début, je tente de maintenir une activité régulière sur le blogue. Le rythme des derniers mois était d’environ un article aux trois jours (bon, d’accord. le dernier article remonte à il y a 10 jours… désolé). Par contre, je dois me rendre à l’évidence que cet objectif de régularité n’est pas bien aligné avec mon inspiration et ma motivation, qui ont plutôt tendance à venir par vagues. Et un article écrit sans inspiration ça donne… celui-ci.

Bref, tout ça pour dire que je continue à voir jesuispauvre.com comme un endroit de discussion où plusieurs points de vue différents sont présentés. Considérez donc cet article comme une invitation: si vous avez le goût d’écrire à propos d’un sujet qui vous tient à cœur et ce, même de façon très irrégulière, faites-moi signe.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr gbynum27
Categories: Annonces Tags:

La taxe de bienvenue: son vrai nom!

avril 29th, 2010 Ebenezer 3 comments
guytardif

Quand j’ai écrit mon article sur le faux cadeau des remises en argent sur une hypothèque, j’ai indiqué que ça pouvait être utile pour payer la taxe de bienvenue. Or, une personne très attachée à la précision en toute chose se demandait si j’avais bien orthographié l’expression dans mon article.

Après vérification sur le site de l’Office Québécois de la Langue Française, il semble que non. (J’avais écrit taxe de Bienvenue). Ce n’est pas directement pertinent aux finances personnelles, mais comme ça clarifie certains mythes sur le sujet, je me permets de partager le résultat de mes recherches.

Qu’est-ce que la taxe de bienvenue?

Son vrai nom est droits de mutation immobilière. L’OQLF souligne qu’il s’agit de droits payables et non d’une taxe (j’avoue ne pas être certain de saisir la nuance…). D’après ce que j’ai pu trouver comme information, cette mesure a été introduite en 1976 par le ministre des Affaires Municipales d’alors, Guy Tardif (du Parti Québécois). L’objectif était de permettre aux municipalités d’augmenter leurs revenus en percevant un montant d’argent lors de la vente de chaque propriété sur leur territoire.

La légende

La légende veut que l’expression «taxe de bienvenue» provienne de M. Jean Bienvenue, ministre libéral dans le gouvernement ayant précédé celui dont a fait partie M. Tardif. L’OQLF affirme qu’il n’y a pas de lien entre l’homme et le nom de la taxe puisque M. Bienvenue a été défait aux élections précédant l’introduction du projet de loi. L’expression voudrait donc simplement souligner l’ironie de souhaiter la bienvenue à des nouveaux résidents avec une grosse facture.

Par contre, j’ai vu à plusieurs endroits (comme le site de la Ville de Québec) que M. Bienvenue aurait suggéré l’idée de la taxe, sans nécessairement avoir participé activement à son instauration. Quelqu’un au Québec connaît certainement la réponse. Comme j’ai un certain attachement à l’exactitude (sans qu’il soit aussi grand que celui de la personne mentionnée en introduction), je souhaite que la lumière soit faite une fois pour toute sur le sujet! (Et/ou que les organisations officielles présentent la même histoire…)

Photo du ministre péquiste Guy Tardif, provenant du site de l’Assemblée Nationale
Categories: Opinion Tags: ,
-->