Archive

Archive for décembre, 2010

Gaspillage alimentaire

décembre 3rd, 2010 Soeur économe Comments off
2343213851_b772664b0c_o

On peut déplorer de parfois devoir jeter certains aliments ayant mal vieilli dans notre réfrigérateur. Avez-vous déjà tenté d’estimer la proportion de nourriture qui connaît cette fin chez vous ? Une étude réalisée en Grande-Bretagne en 2009 est arrivée à une estimation s’élevant à 22% de tous les aliments solides et liquides entrant dans une résidence.

Impressionnant ? L’organisme WRAP, qui a réalisé cette étude, fournit encore plus de détails: en poids, les légumes frais et particulièrement la laitue constitueraient près du quart des pertes «évitables», suivis des liquides (excluant le lait) avec 16%, les fruits (13%) et le pain et des pâtisseries avec 10%. Pourquoi ces pertes sont-elles qualifiées d’évitables ? Les deux principales raisons invoquées pour jeter ces aliments sont 1) qu’ils n’ont pas été consommés à temps (54%) ou 2) qu’ils ont été préparés en trop grande quantité (41%). De quoi donner le goût de faire la promotion de la soupe «touski» et des vertus du congélateur…

Si l’on tient aussi compte des pertes d’aliments qui se produisent avant l’achat par le consommateur, que ce soit chez le producteur, chez le grossiste, durant le transport ou chez le détaillant, la proportion totale des aliments produits mais non consommés pourrait atteindre un faramineux 38% (183 kg par personne par année !) selon une étude de Statistique Canada. Ceci découlerait entre autres des exigences esthétiques que s’imposent les producteurs et qu’ont adopté les consommateurs, des délais de transport, des manipulations, des dates de préemption très protectrices…

Dans le plan d’action 2010-2015 de la politique québécoise de gestion des matières résiduelles, on retrouve des mesures pour valoriser la matière organique par la biométhanisation et le compostage afin d’en arriver à ne plus l’envoyer dans les sites d’enfouissement. Intéressant pour la portion gaspillée chez le consommateur (qui devrait prochainement être incité si ce n’est déjà fait à composter au niveau domestique ou à participer à une éventuelle collecte municipale), mais moins concret, possiblement, pour la portion gaspillée chez le grossiste ou le détaillant. Certaines initiatives montrent néanmoins que même à ces endroits, une grande partie des aliments jetés peuvent être valorisés.

Comment réduire son gaspillage alimentaire ? Des suggestions adaptées du blogue The Daily Green:

  • Planifier ses repas pour la semaine en tenant compte des aliments déjà au frigo avant d’acheter
  • À l’épicerie, s’en tenir à sa liste et éviter d’y aller le ventre vide
  • Éviter les paquets de fruits et légumes déjà préparés dont la quantité ne correspond pas à nos besoins
  • S’assurer que son frigo est à la bonne température pour maximiser la durée de conservation
  • Placer les nouveaux aliments dans le fond du frigo et les vieux en avant pour éviter les oublis
  • Transformer les fruits mous en smoothies ou tartes, mettre les légumes moins frais dans une soupe
  • User d’imagination pour incorporer dans un prochain repas un surplus d’aliment d’un repas précédent
  • En mettre moins dans les assiettes, garder le reste dans le chaudron
  • Faire appel à son congélateur pour assurer la conservation des aliments cuisinés en grande quantité
  • Composter les pertes inévitables

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr shimelle

-->