Home > Actualité > La loi 60 et les cartes prépayées

La loi 60 et les cartes prépayées

août 12th, 2010 Ebenezer
161174515_00438f6fb1_m

Depuis la présentation du projet de loi 60, puis son adoption par l’Assemblée nationale, j’avais hâte de savoir comment seraient traitées les cartes prépayées pour les téléphones cellulaires dans cette «rénovation» de la Loi sur la protection du consommateur.

En effet, le projet de loi prévoyait l’abolition des dates d’expiration sur les cartes prépayées, entre autres. (Pour les autres changements, je vous réfère à l’article original.)

Exception pour la téléphonie mobile

En décembre dernier, j’avais contacté un porte-parole de l’Office de protection du consommateur, et on m’avait répondu qu’à moins d’une exception, il n’y aurait plus de date d’expiration. J’ai recontacté le même porte-parole récemment et, dans sa réponse, il m’a pointé cette page de leur site.

Comme nous l’avait déjà indiqué le fidèle lecteur Nicolas en commentaire de l’article original, l’Office y indique clairement que les services de téléphonie mobile sont dans une catégorie à part et qu’une exception existe bel et bien. Donc pas de changement majeur de ce côté. Je suis un peu déçu, mais pas forcément surpris.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Andy Butkaj
Categories: Actualité Tags: ,
  1. août 12th, 2010 at 14:02 | #1

    Rien d’étonnant, en effet. Fallait ben acheter la paix avec les compagnies de cellulaire… :-P

  2. août 14th, 2010 at 12:53 | #2

    Il est certain que celles qui vendent le plus de cartes prépayées sont les compagnies téléphonique, ce qui fait d’elles les détentrices de pouvoir dans ce domaine avec un lobby très puissants qui peut influencer nos gouvernements sans problèmes.

  3. Ebenezer
    août 15th, 2010 at 07:15 | #3

    Même si je préfèrerais ne pas avoir de date d’expiration sur le temps d’antenne des cellulaires prépayé. Je peux concevoir que l’argument des opérateurs ressemblait à ceci: «contrairement à un certificat cadeau, le temps d’antenne prépayé sous-entend que nous offrons un service de connectivité en tout temps, même s’il n’est pas utilisé. Pour supporter le coût de ce service, il doit y avoir une entrée régulière d’argent».

    Bref, ça se défend. Ce qui est plus désagréable, par contre, c’est de comparer ce qu’on paye pour nos services cellulaires avec ce que les européens payent…

  4. août 15th, 2010 at 21:29 | #4

    @Ebenezer
    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Je suis abonné avec Rogers et chaque mois je dois payer 6,95$ de frais de rogers, j’ai contesté maintes fois ce frais et il y a rien à faire alors j’imagine qu’il implemente ce frais sur les services prépayés de façon caché bien evidemment.

Comments are closed.
-->