Home > Actualité > Resserrement des conditions de crédit hypothécaire au Canada

Resserrement des conditions de crédit hypothécaire au Canada

février 13th, 2010 Ebenezer
2967599086_09467989a3_m

Depuis plusieurs semaines, le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, parle de modifier les conditions selon lesquelles la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) accepte d’assurer les prêts hypothécaires. Cette semaine, les banquiers se sont levés en chœur pour contester ces changements, prédisant le retour à la récession si le gouvernement fédéral va de l’avant.

Les changements proposés

Le ministre des Finances semble convaincu que le marché immobilier canadien surchauffe (voire qu’il y a une bulle)… et ce n’est pas moi qui lui donnerai tort. Il a donc proposé que la SCHL modifie ses règles et refuse d’assurer des prêts hypothécaires de plus de 30 ans (la limite actuelle est de 35) et pour lesquelles les acheteurs fournissent une mise de fonds inférieure à 10% de la valeur de la maison (par rapport à 5% actuellement).

L’importance de la SCHL dans tout ça

La SCHL est un organisme du gouvernement fédéral qui assure les prêts hypothécaires des Canadiens qui souhaitent acheter une maison, mais qui ne remplissent pas toutes les conditions pour profiter du meilleur taux auprès de leur banque. J’ai déjà écrit un article sur le sujet, d’ailleurs. Ce que ça implique, c’est que les banques n’accepteront plus d’accorder des prêts hypothécaires sous ces conditions si la SCHL refuse de les assurer. Ceux qui ont fait récemment l’acquisition d’une maison ou en magasinent une activement savent qu’une mise de fonds de 10% représente un montant considérable, surtout au prix actuel des propriétés.

Dans les faits, on peut facilement présumer que plusieurs acheteurs potentiels devront ainsi se résoudre à attendre encore quelques années avant de devenir propriétaires. Puisque la demande diminuera, on peut espérer qu’à tout le moins, le prix des maisons cessera de monter… peut-être descendera-t-il un peu, même (ça, je le croirai quand je le verrai…).

La leçon américaine

À la mi-janvier, la commission d’enquête américaine sur la crise économique s’est mise en branle et les grands banquiers ont été appelés à la barre pour qu’ils puissent donner leur opinion sur les causes de celle-ci. Je reprendrai les mots du prix Nobel d’économie Paul Krugman dans le NY Times:

O.K., not in so many words. But the bankers’ testimony showed a stunning failure, even now, to grasp the nature and extent of the current crisis. And that’s important: It tells us that as Congress and the administration try to reform the financial system, they should ignore advice coming from the supposed wise men of Wall Street, who have no wisdom to offer.

En résumé (et en français): les banquiers de Wall Street ont démontré par leurs réponses qu’encore aujourd’hui, ils n’ont pas compris ce qui s’était passé. Ils ne nous sont d’aucune aide sur le sujet.

M. Flaherty, s’il vous plaît, n’écoutez pas les économistes en chef des banques.

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Mike Licht

Categories: Actualité Tags: , ,
  1. février 17th, 2010 at 22:52 | #1

    En effet, M. Flaherty, écoutez-nous donc plus tôt!!! Des milliers de ménages canadiens qui se sont faits mal conseiller par les institutions financières alors qu’ils en étaient à l’étape cruciale de l’accession à la propriété devraient peser dans la balance du pouvoir… non?

    Je sais, je suis idéaliste… le lobby de l’immobilier et du crédit risque de crier plus fort que les petits emprunteurs. La preuve, le projet de loi a finalement écarté la hausse de la mise de fonds à 10%…

  2. Ebenezer
    février 18th, 2010 at 20:20 | #2

    J’avoue que la hausse de mise de fonds me semblait peu probable, surtout étant donné le prix présentement enflé des maisons, ça aurait été trop pénaliser les acheteurs potentiels actuels et le risque devenait grand de causer plus de tort que de mal en faisant baisser la valeur des maisons trop rapidement.

    J’aurais toutefois vu d’un bon oeil la réduction de la durée maximale des hypothèques à 30 ans…

    Dans tous les cas, j’ai hâte de voir si les mesures prises auront un impact réel sur le prix de ventes des maisons…

  3. février 20th, 2010 at 17:48 | #3

    Comme je souhaite vendre d’ici 2 ans, je ne suis pas sûre si j’ai hâte de voir des impacts sur le prix de vente des maisons ;-)

  4. line c
    septembre 17th, 2010 at 20:15 | #4

    A cause de la SChl et d’un manque de transparance de la part de ma banque , on se retroyve a la rue avec notre jeune ados.

Comments are closed.
-->