Home > Analyse > Hausse de primes d’assurance habitation?

Hausse de primes d’assurance habitation?

juillet 2nd, 2009 Ebenezer
2273272995_8979902e92_m

Les Affaires nous avertissait vendredi dernier que les primes d’assurance habitation allaient probablement augmenter lors du prochain renouvellement. On parle d’une hausse qui pourrait dépasser 5% dans «plusieurs cas» (c’est la majorité ou pas, ça?).

C’est la faute de l’eau

Les assureurs pointent du doigt l’eau comme cause de cette augmentation. Apparemment, les réclamations reliées à des dégâts d’eau ou des inondations ont augmenté considérablement au cours des dernières années. Chez AXA, la proportion des indemnités pour ce genre de sinistre est passée de 20% en 2001 à 50% cette année. On blâme les nouveaux développements qui surchargent les réseaux d’égouts et augmentent la quantité d’eau qui se retrouve dans les rivières lors des pluies. Le porte parole d’Intact Assurance (anciennement ING Canada) avance même que ça fait cinq ans que le secteur de l’assurance habitation n’est pas rentable.

Des larmes de crocodile?

Je le dis d’emblée, je ne suis pas un expert en assurances, loin s’en faut. Par contre, les jérémiades des assurances on suscité en moi un certain scepticisme, qui m’a amené à faire quelques recherches.

L’Autorité des marchés financiers produit annuellement un rapport sur l’état de l’industrie de l’assurance. Vous pouvez trouver la version 2007 ici. Il semble que la version 2008 n’a pas encore été rendue publique. Voici donc les données du rapport pour certaines des plus grandes compagnies d’assurances au Québec:

  2006 2007
Compagnie Primes Sinistres Marge brute Primes Sinistres Marge brute
Allstate du Canada 32 852 21 295 35.18% 34 099 21 329 37.45%
AXA 113 045 73 697 34.81% 135 066 77 612 42.54%
Bélair Inc. 55 079 33 261 39.61% 55 978 35 741 35.15%
Capitale – Générales 102 208 77 925 23.76% 113 623 70 475 37.97%
Desjardins 249 083 185 473 25.54% 263 068 149 982 42.99%
Industrielle Alliance 35 646 28 190 20.92% 39 618 23 430 40.86%
ING du Canada 204 686 126 460 38.22% 216 592 129 607 40.16%
SSQ Générales 25 928 20 448 21.14% 36 661 17 369 52.62%
Union Canadienne 70 098 45 617 34.92% 63 374 34 104 46.19%
Total de l’industrie 1 515 932 1 042 676 31.22% 1 641 770 938 212 42.85%
(Chiffres en milliers de dollars)

Il faut faire attention, par contre, puisque les coûts représentent seulement les coûts des sinistres et n’incluent pas les frais d’administration. D’après son rapport annuel de 2008, Desjardins avait un taux de frais d’administration de 23,70% et il est indiqué (à la page 4 du document) que ce taux est en-deçà de la moyenne de l’industrie.

Un autre document intéressant que j’ai trouvé, cette fois sur le site du Bureau d’Assurance du Canada, est le graphique suivant, qui provient du document Assurances de dommages au Canada édition 2008:

bac

La portion du graphique qui nous intéresse est celle de gauche. Notez toutefois qu’elle inclut les assurances auto et habitation. Avec ces informations, j’ai de la misère à croire les allégations des compagnies qui affirment devoir absolument augmenter les primes pour réaliser des profits. Soit les assurances auto sont très profitables et compensent pour les assurances habitation (auquel cas on pourrait demander des rabais pour l’auto!) ou bien on nous raconte n’importe quoi pour nous faire avaler une hausse de primes…

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr lensbug.chandru
Categories: Analyse Tags: ,
  1. LeCritique
    juillet 2nd, 2009 at 23:07 | #1

    Dans les derniers jours, suite aux grosses pluies j’ai vu 2 voisins avec des camions de Sinisco / Qualinet … une première en 20 ans…

    Plus globalement, si je me souviens bien des savantes explications de mon agent d’assurances, le marché de l’assurance est rendu « globalisé » lui aussi. Les assureurs s’assurent en achetant… des assurances sur le marché mondial. Avec la croissances des désastres naturels à travers le monde, c’est tout le monde qui finit par devoir payer, peu importe où ça se produit.

    Aussi, tu as juste à regarder l’emplacement de certains nouveaux développements domiciliaires, ça prend pas un diplôme en hydrographie pour comprendre qu’ils sont construits dans des marrais, des pleines inondables, etc … Le fait qu’on occupe plus de territoires et des territoire plus à risques ne fait que participer à une hausse des réclamations qui inévitablement se traduit par une hausse des primes d’assurances.

    Enfin, l’industrie de l’assurance a bien changée. On utilise l’assurance comme véhicule d’investissement puisqu’il y a des avantages fiscaux assez significatifs dans certains cas. Qui parle d’investissement parle de risque et les compagnies d’assurances ont incroyablement augmenté leur tolérance au risque dans les dernières années. Les pertes encourues dans les derniers mois ne sont certainement pas étrangers aux hausses …

  2. Ebenezer
    juillet 4th, 2009 at 07:13 | #2

    Il y a plusieurs points dans ce que tu dis, et aucun ne me satisfait!

    Premièrement, je suis prêt à reconnaître que les réclamations reliées à l’eau ont augmenté considérablement dans les dernières années… par contre, les chiffres que j’ai trouvés semblent démontrer que les primes collectées ont augmenté de façon équivalentes, ce qui ne justifie pas une hausse des primes maintenant. Et encore moins l’affirmation voulant que le secteur n’est pas rentable depuis 5 ans.

    Deuxièmement, la globalisation du marché des assurances m’apparait également comme un point valide pour justifier une rentabilité réduite du marché mais a) les troubles financiers globaux remontent à seulement un an et demi, pas 5, b) cet état de fait n’est nullement évoqué dans l’article, on ne parle que de l’augmentation des réclamations et c) je ne suis pas sûr qu’en tant que consommateur, je veux payer pour l’imprudence de ma compagnie d’assurance…

  3. LeCritique
    juillet 4th, 2009 at 11:33 | #3

    « les primes collectées ont augmenté de façon équivalentes ».

    Tu sembles prendre pour acquis que l’augmentation des primes d’assurance est due a des primes « plus chères ». As-tu considéré / est-ce que ces chiffres pourraient refléter que:
    1) la valeur des biens assurés a probablement augmentée depuis 2003 (bulle immobilière)
    2) la quantité de biens assurés a aussi augmentée (Il y a plus d’autos et de maisons)…
    3) Est-ce que ces montants sont ajustés (inflation)?

    Est-ce que ça pourrait être des raisons? Je n’ai pas la réponse mais il faut toujours faire attention avec des chiffres absolus tels que ceux présentés dans le graphique avant de tirer des conclusions.

    Insurance Co. Blames Global Warming for an Especially Disastrous Year [2008]
    http://tinyurl.com/9g4e8d

  4. Ebenezer
    juillet 4th, 2009 at 19:19 | #4

    Ça n’a pas vraiment d’importance de savoir pourquoi les primes ont augmenté. Ce que je remets en question dans l’article original est ceci: les assureurs invoquent l’augmentation des réclamations, spécifiquement celles reliées aux dommages causés par l’eau, pour justifier la hausse des primes d’assurances habitation.

    Ce que je réponds: cette raison n’est pas valide au regard des chiffres disponibles publiquement. L’augmentation des réclamations des dernières années est déjà couvertes par l’augmentation des primes des années précédentes.

    Bref, si on parle d’une augmentation reliées à l’augmentation du risque pour les propriétés pour l’année qui s’en vient, il y a effectivement justification pour augmenter les primes de cette proportion. Mais dans l’article on parle d’une industrie qui est déficitaire depuis 5 ans…

  5. LeCritique
    juillet 5th, 2009 at 01:10 | #5

    « Ça n’a pas vraiment d’importance de savoir pourquoi les primes ont augmenté. ».

    Je crois qu’au contraire c’est crucial à toute la thèse que tu défends!

    Ex: Si la valeur d’un bien assurable augmente, il est normal que la prime augmente non?

    Donc, si tu ne connais pas en détails la/les cause(s) de l’augmentation des primes (totales) il est difficile d’affirmer que c’est les effets d’une hausse des primes individuelles qui serait le résultat d’une réajustements dû à la variation du risque… c’est peut-être simplement l’augmentation du nombre de biens assurés / valeur, pas un réajustement du niveau de risque qui s’est effectué au courant des dernières années.

    Tu comprends la distinction? Je ne dis pas que tu as tort (j’en sais rien!), mais à mon avis ta thèse se base sur des chiffres qui ne te permettent pas de la défendre.

Comments are closed.
-->