Le paiement par cellulaire au Canada!

200822855_be679db7a0_m

J’ai déjà parlé à quelques reprises du paiement par téléphone cellulaire: premièrement pour introduire le concept, déjà très populaire en Afrique et en Inde, puis dans une montée de lait contre les chèques. Luc P. Pelletier se souvenait de mon intérêt pour le sujet et m’a alerté dès qu’il est tombé sur Zoompass: un service de paiement par cellulaire au Canada!

Moins révolutionnaire qu’espéré

Le service, tel qu’expliqué sur leur site Web, semble relativement simple. Vous créez un compte, qui sera lié avec votre numéro de téléphone cellulaire. Un SMS sera envoyé à celui-ci pour vous permettre de confirmer que vous en êtes bien le propriétaire. Ensuite, vous installez l’application Zoompass sur votre téléphone pour pouvoir effectuer des transactions.

Inquiétude #1: Le site Web, dans sa version anglaise, mentionne «if your phone supports the Zoompass mobile application» mais je n’ai trouvé nulle part une liste de téléphones supportés. La démo sur le site utilise un Blackberry… Je me demande vraiment ce que ça peut donner sur un cellulaire «traditionnel» avec un écran plus petit.

Une fois votre compte créé et activé, l’application installée sur votre téléphone, vous pouvez lier votre compte Zoompass à votre compte de banque, afin de remplir le compte Zoompass ou bien de transférer de l’argent qui vous a été envoyé via Zoompass vers votre compte de banque.

Inquiétude #2: Le délai de 2-3 jours dans les transferts avec le compte de banque est probablement imposés par les banques et non par Zoompass, mais je trouve ça plutôt long comme délai, pour ce genre d’application.

Une fois qu’il y a de l’argent disponible dans votre compte Zoompass, vous pouvez envoyer de l’argent à vos contacts. S’ils n’ont pas encore de compte et que vous leur envoyez de l’argent, ils recevront un SMS les informant qu’ils ont reçu l’argent et qu’ils doivent se créer un compte Zoompass pour le récupérer.

Inquiétude #3: Il semble y avoir des frais de transaction de 0,50$ pour les transferts d’argent. Un retrait au guichet automatique coûte 0,60$… et ça c’est si vous n’avez aucun forfait ou autre entente avec la banque pour éliminer les frais bancaires (comme un solde minimum). Je trouve que le coût par transaction de Zoompass est très élevé.

Une opportunité manquée?

En consultant le site au départ, je trouvais un peu lourde l’utilisation d’une application installée sur le téléphone, qui transfère des données via le forfait données de votre plan cellulaire. Néanmoins, ça m’apparaissait compréhensible car je me disais que c’était le seul moyen d’offrir ce genre de service sans une intégration avec les fournisseurs de service… jusqu’à ce que je lise ici qu’EnStream, la compagnie derrière Zoompass, est en fait une co-entreprise de Bell, Rogers et Télus.

La question qui demeure en suspens est donc: pourquoi créer un compte séparé pour l’argent de Zoompass? Pourquoi ne pas s’intégrer directement avec le compte du téléphone cellulaire… en ajoutant des charges pour les dépenses Zoompass et des crédits pour l’argent qu’on reçoit. Ou, pour ceux qui payent à la carte (comme moi!), en pigeant tout simplement dans le solde?

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr Phu Son

4 réponses pour “Le paiement par cellulaire au Canada!”

  1. En fait, les banques canadiennes perçoivent que leur croissance doit reposer non pas sur des innovations technologiques ou même sur des améliorations à l’aspect «opérationnel» de leur offre de service, mais plutôt du côté de la gestion de patrimoine en générale, qui est une activité que je présume beaucoup plus rentable.

    Un service de paiement par téléphone cellulaire s’apparente à une amélioration au compte chèque, qui est un produit qui n’a pas une très grande marge de profit pour les banques.

    Elles préfèrent de loin s’occuper de la gestion des sommes économisées par les Baby Boomers au cours de leur carrière.

    C’est donc logique que ce soit les compagnies de téléphones cellulaires qui s’attaquent à ce marché, qui a un potentiel de revenu aditionel pour eux. Il est presque dommage que les trois grands se soient associés en quasi-monopole… ça va être long avant qu’on voit des innovations!

  2. Je recommande fortement la lecture du livre « Why Not? How To Use Everyday Ingenuity To Solve Problems Big And Small » (http://tinyurl.com/l9ttv7) qui aborde entre autre choses cette question. Un petit bijou, parfait pour l’été.

    Extrait OCRisé du premier paragraphe sur le sujet:

    A New Meaning for Pay Phones
    Using the phone as a way of getting paid suggests a radical remake of the
    phone’s functionality. The phone is the best micropayment device that exists today. Phone companies have developed systems that are very well suited to tracking and billing penny-level transactions. Why not use the cell phone as the primary payment device? At the end of a meal, the restaurant would give you a number to call. You’d type the number, confirm the amount, input your code, and transfer the money from your account to the restaurant’s. This concept is being test-marketed with vending machines—dial 888-THIRSTY for a soda. The phone company has taken too narrow a view of its business. It could well be the preferred financial payment option.

    […]

  3. Exactement. Comme je l’expliquais plus haut, les banques vont manquer cette opportunité parce qu’elles s’intéressent à des marchés plus profitables et au Canada, les compagnies de cellulaires ne voient tout simplement pas l’opportunité.

    L’innovation nous viendra d’Inde et d’Afrique dans ce domaine… et quand ça arrivera ici, les gagnants et les perdants seront déjà identifiés. Pour l’instant, je parie que les compagnies de télécommunications seront les gagnantes, malgré leur initiative «trop peu, trop tôt» avec Zoompass.

Les commentaires sont fermés.