La moyenne mobile

Je lisais Ebenezer récemment qui disait ne pas aimer l’analyse technique, préférant l’analyse fondamentale. Il ne sera pas surpris d’apprendre que, pour moi, c’est le contraire.

L’analyse technique étudie l’état général de l’ensemble du marché. En essayant de prévoir des tendances haussières et baissières, elle agit à court terme avec de simples calculs de l’évolution des titres. L’analyse fondamentale étudie généralement en profondeur une entreprise , elle analyse ses statistiques et états comptables face au reste du marché, bref elle agit à moyen et long terme avec des calculs compatibles plus poussés. Néanmoins, mon objectif aujourd’hui n’est pas de définir ces analyses, mais de vous initier à un indicateur de l’analyse technique: la moyenne mobile.

La moyenne mobile semble magique, à chaque fois que je la regarde elle est infaillible. Je sais tès bien que ce n’est pas le cas, mais puisque « je suis pauvre », je n’ai jamais pu la tester, je ne fais que la regarder de loin. En fait, la moyenne mobile est la moyenne du cours sur un nombre fixe de jours. Par exemple pour une moyenne de 20 jours, la valeur d’aujourd’hui est la somme de la valeur des 20 derniers jours divisée par 20. C’est simple, non? Regardez le graphique suivant, qui correspond à la moyenne mobile de 20 jours sur le titre de bombardier (BBD.TO).

 z2

On distingue deux courbes: la bleue est le cours et la rouge, la moyenne mobile.

L’analyste va prévoir les tendances selon les croisements de ces deux courbes. Pour bien l’illustrer, regardez le croisement du 26 décembre: la courbe bleue croise en montant la courbe rouge, ce qui indique une tendance haussière. L’analyste doit acheter à ce moment-là. Il doit vendre quand le contraire se produit, par exemple quand la courbe bleue croise la rouge en descendant vers le 20 janvier. L’analyste aura alors fait un gain d’environ 0.5. 

Là où c’est moins évident, c’est quand les deux courbes se croisent à des intervalles rapprochés ou dans le haut d’un sommet, comme vers le 6 décembre ou encore le 25 janvier. Un analyste courageux aurait pu ne pas vendre le 25 puisqu’il venait tout juste d’acheter, mais il s’en serait mordu les doigts par la suite.

Bref, le jour ou j’aurai assez d’argent pour me partir le blogue jesuisriche.com, je testerai avec mes propres moyens la moyenne mobile et vous dirai si elle est vraiment magique.