Les fameux sacs – partie 2

Tel que décrit précédemment, on constate une réelle tendance à l’utilisation de sacs réutilisables à l’épicerie. Hors du secteur de l’alimentation, cependant, le sac de plastique reste plutôt roi. Visitez par exemple des boutiques d’un centre commercial et observez le regard surpris à la caisse lorsque vous mentionnez que vous avez votre sac réutilisable…

En fait, plusieurs chaînes de pharmacies et quincailleries, ainsi que des librairies et magasins à rayons, se sont mises à vendre des sacs réutilisables avec leur logo. Mais cette initiative ne semble pas aller beaucoup plus loin, pour le moment, que de profiter de cette mode pour se faire faire de la pub… En effet, le consommateur doit payer pour le sac, et le commerce n’offre pas de remise lors de son utilisation subséquente ni ne charge pour un sac de plastique. Je connais deux exceptions: Mountain Equipment Coop (MEC), qui remet cinq cents à un organisme environnemental chaque fois qu’un consommateur ne prend pas de sac lors d’un achat, et IKEA, qui charge cinq cents par sac de plastique fourni au consommateur et remet cette somme à un organisme de plantation d’arbres. En connaissez-vous d’autres ? 

Certains groupes demandent la mise en place d’une réglementation pour interdire complètement l’utilisation de sacs de plastique non biodégradables au Québec. Un projet de loi privé en ce sens avait d’ailleurs été présenté en 2005 par un député du Parti québécois, mais le gouvernement libéral a plutôt appuyé la mise en place d’un programme de certification permettant une meilleure identification (et donc le recyclage plus efficace) des sacs de plastique. Deux petites municipalités québécoises, Huntingdon et Saint-Anselme, ont adopté des réglements interdisant l’utilisation des sacs de plastique non biodégradables sur leur territoire. L’impact de ces mesures est évidemment plutôt limité.

En terminant, avec ce qui se fait dans le secteur alimentaire, vous vous devez d’embarquer dans le train des sacs réutilisables mais ne souhaitez pas payer pour vous en procurer ? Vous pouvez faire des emplettes lors d’une Journée sans sac ou d’un autre événement similaire, plusieurs commerces offrent alors un sac réutilisable gratuitement avec un achat. Vous pouvez aussi vous trouver quelqu’un qui fréquente des congrès — on remet de plus en plus de ces sacs aux participants. Ou même prendre du tissu et vous en fabriquer vous-même! Et si vous avez des dizaines de sacs de plastique entreposés, on retrouve notamment dans les magasins IGA des bacs où les déposer afin qu’ils soient recyclés (et ce, peu importe s’ils proviennent de cette bannière ou d’une autre…).

Image disponible sous licence CC de l’usager flickr tyger_lyllie

3 réponses pour “Les fameux sacs – partie 2”

  1. On peut aussi ajouter que certaines municipalités recyclent les sacs de plastiques. Pour ma part, j’empile les sacs et je les amène chez mes parents (leur municipalité recycle les sacs – mais pas la mienne). Peut-être faudrait-il mettre plus de pression sur les municipalités qui ne le font pas encore?
    Bien sûr, la meilleure chose à faire reste toujours de consommer moins de sacs (et donc guérir plutôt que prévenir)…

  2. Des sacs qui font du chemin 😉
    Le recyclage des sacs de plastique après leur collecte semble poser de grandes difficultés présentement. Il y a le fait que certains sacs ne soient pas recyclables et qu’en l’absence d’une uniformité à cet égard, cela contamine les ballots. Mais surtout, ces ballots prennent beaucoup d’espace (faible densité), ont de toute façon très peu de valeur et les recycleurs trouvent donc difficilement quoi faire avec. Par exemple:
    http://www.canoe.com/infos/environnement/archives/2008/11/20081114-053301.html
    Vous connaissez quelqu’un qui aurait le goût de se faire payer pour se retrouver avec 240 tonnes de sacs ?

Les commentaires sont fermés.