Le provincial et la crise économique

Depuis l’annonce hier midi par Radio-Canada qu’il y aurait des élections provinciales le 8 décembre prochain, plusieurs commentateurs ont émis des opinions sur la capacité du gouvernement provincial d’avoir une influence sur la crise financière économique mondiale.

Si on revient à nos cours d’économie de base du secondaire, on se souvient que les gouvernements en général ont deux leviers principaux sur l’économie:

  • La politique monétaire – monter ou baisser le taux d’intérêt
  • La politique fiscale – les taxes, impôts et dépenses gouvernementales

Le premier levier n’est pas disponible pour le gouvernement provincial. Par contre, le gouvernement provincial peut augmenter ses dépenses afin de créer plus ou moins artificiellement de l’activité économique. Si le gouvernement construit des ponts, des hôpitaux et des routes, ça donne des contrats aux firmes d’ingénierie et des emplois à beaucoup de monde.

La morale de l’histoire: la meilleure façon de faire face à la crise financière est probablement de faire un déficit budgétaire pendant un an ou deux en augmentant les dépenses sans augmenter les impôts…

4 réponses pour “Le provincial et la crise économique”

  1. T’as probablement raison, on doit avoir un gouvernement majoritaire pour mettre toutes les chances de notre côté. Le peu d’outils que le gouvernement provincial possède ne doit pas être freiné par une opposition de gauche.

  2. Ping : Je suis pauvre » Archive du blog » «New Deal» écologique?

  3. Ping : «New Deal» écologique?

  4. Ping : Je suis pauvre » Archive du blog » Énoncé politi… euh, économique!

Les commentaires sont fermés.